Le tramway en surface est présenté comme plus simple à mettre en œuvre, avec des stations plus faciles d’accès. L’option permettrait aussi une éventuelle boucle avec le futur pont Alexandra qui sera reconstruit d’ici dix ans.
Le tramway en surface est présenté comme plus simple à mettre en œuvre, avec des stations plus faciles d’accès. L’option permettrait aussi une éventuelle boucle avec le futur pont Alexandra qui sera reconstruit d’ici dix ans.

Un tunnel pour arrimer le tramway de Gatineau à Ottawa?

Mathieu Bélanger
Mathieu Bélanger
Le Droit
Après s’être posé la question « autobus ou tramway ? » pendant quelques années pour desservir l’ouest de Gatineau, la Société de transport de l’Outaouais (STO) est à nouveau devant une grande question existentielle, qui cette fois se pose du côté de la capitale fédérale, où le tramway doit rejoindre le train léger d’Ottawa. Le tramway gatinois, après avoir traversé le pont du Portage, s’arrimera-t-il sur la rue Wellington en surface ou sous la rue Sparks, dans un tunnel ?

Voilà essentiellement les deux options d’arrimage du tramway présentées en public pour la première fois, vendredi matin, par la STO, au Comité des transports de la Ville d’Ottawa. Ces deux options ont été développées par la STO en collaboration avec ses partenaires d’Ottawa. 

Faire passer des rails sur la rue la plus connue du pays, droit devant le parlement du Canada, avec des tramways en proie à des dizaines de manifestations par année où chaque station au cœur de la cité parlementaire est susceptible de représenter un enjeu de sécurité ? 

Ou encore un tunnel beaucoup plus cher et plus long à construire en raison des innombrables contraintes souterraines faisant augmenter les risques dans la conception ?

Le tramway en surface est présenté comme plus simple à mettre en œuvre, avec des stations plus faciles d’accès. L’option permettrait aussi une éventuelle boucle avec le futur pont Alexandra qui sera reconstruit d’ici dix ans. 

À LIRE AUSSI: Tramway de Gatineau: les déplacements en périphérie du centre-ville d’Ottawa sous-estimés?

Le tunnel, pour sa part, peut être construit sans déranger la circulation à la surface. Il assurerait un service à l’abri des intempéries et des manifestants de tout acabit, tout en permettant des correspondances plus directes avec l’O-Train.

En point de presse après la présentation, la présidente de la STO, Myriam Nadeau, a indiqué qu’aucune estimation des coûts comparatifs entre un tunnel et un système en surface n’avait encore été réalisée, mais que peu importe l’option qui sera retenue, cela n’affecterait pas l’échéancier final des travaux du tramway qui se situe entre huit et dix ans. 

Les prochaines semaines seront chargées pour les ingénieurs qui travaillent sur le projet. 

Une consultation publique « en ligne » s’adressant tant aux résidents de Gatineau que d’Ottawa doit avoir lieu en juin prochain. Une recommandation officielle sur un scénario d’insertion doit être présentée par le Comité des transports au conseil municipal de la Ville d’Ottawa en juillet. 


« C’est le projet le plus compliqué au Canada, tout est compliqué, mais je suis convaincu que ça va être faisable. »
Maxime Pedneaud-Jobin

Depuis la décision de la STO, en janvier dernier, de reporter le choix d’un scénario final afin de mieux préciser l’arrimage avec l’O-Train, plus personne ne tente de cacher toute la complexité du projet. L’évaluation des coûts à 2 milliards $ en 2017 paraît aujourd’hui bien optimiste. 

« C’est le projet le plus compliqué au Canada, tout est compliqué, mais je suis convaincu que ça va être faisable », disait le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, en début d’année.

Le report du choix final permet de devancer des analyses détaillées qui devaient avoir lieu à une phase subséquente concernant l’insertion du futur système de transport gatinois à Ottawa. Ces études sont qualifiées de « primordiales » par la STO et tous ses partenaires, dont la Ville d’Ottawa, pour s’assurer de la viabilité, voir la réalisation même du projet. Le maire de Gatineau a répété à plusieurs reprises que la STO avançait main dans la main avec la Ville d’Ottawa, OC Transpo et la Commission de la capitale nationale (CCN) dans ce projet.

Les prochaines analyses porteront sur différents enjeux propres aux deux scénarios présentés au Comité des transports de la Ville d’Ottawa. Les prochains mois permettront de déterminer le nombre et l’emplacement des stations requises, la qualité de la correspondance avec l’O-Train, les enjeux de sécurité, les impacts sur la circulation et l’ordre de grandeur des coûts. L’option du tramway en surface sur la rue Wellington supposerait aussi divers compromis de la part de la Ville d’Ottawa quant à certains de ces projets de développement urbanistique dans le secteur. 

Du côté de Gatineau, trois scénarios sont toujours à l’étude, à savoir un système entièrement sur rail et deux autres jumelant l’autobus et le tramway. Le choix d’un scénario final doit se faire au courant de l’année 2020. Le gouvernement du Québec a maintes fois réitéré son appui financier au projet. La confirmation de la participation du fédéral se fait toujours attendre.