Le centre-ville de Gatineau est déserté par les fonctionnaires depuis le début de la pandémie, ceux-ci étant en majorité en télétravail.
Le centre-ville de Gatineau est déserté par les fonctionnaires depuis le début de la pandémie, ceux-ci étant en majorité en télétravail.

Un sous-comité pour relancer le centre-ville de Gatineau

Mathieu Bélanger
Mathieu Bélanger
Le Droit
La Table de concertation du centre-ville de Gatineau dont on n’avait pratiquement pas entendu parler depuis sa création en 2017 vient de nommer un sous-comité restreint qui sera chargé de faire des recommandations au conseil municipal sur des actions à mener pour la relance du centre-ville.

Comptant une trentaine de représentants, dont seulement deux élus, le maire Maxime Pedneaud-Jobin et le conseiller du quartier, Cédric Tessier, la table a souhaité se donner un peu plus d’«agilité» pour être en mesure d’agir plus rapidement. Le sous-comité proposé par M. Tessier sera formé de lui-même, la conseillère Maude Marquis-Bissonnette, le directeur général de Vision centre-ville, Stefan Psenak, et la directrice générale de Tourisme Outaouais, France Bélisle. 

Une enveloppe monétaire provenant du Fonds des communautés dont M. Tessier ne souhaite pas dévoiler immédiatement le montant serait mis à la disposition du conseil pour financer les actions qui seront proposées par le sous-comité. Il entend en faire la proposition au conseil municipal de novembre.  


« Les fonctionnaires, on le sait, ne reviendront pas avant plusieurs mois. On doit trouver une façon d’attirer une nouvelle clientèle dans le centre-ville. C’est là-dessus que nous allons nous concentrer. »
Cédric Tessier, conseiller municipal

L’enjeu de la clientèle commerciale qui a déserté le centre-ville sera la première priorité du groupe. «Les fonctionnaires, on le sait, ne reviendront pas avant plusieurs mois, explique M. Tessier. On doit trouver une façon d’attirer une nouvelle clientèle dans le centre-ville. C’est là-dessus que nous allons nous concentrer.»

Le conseiller municipal Cédric Tessier.

Même si le sous-comité parle d’actions à mener à «court terme», il faudra attendre quelques mois avant que les premières actions soient menées, reconnaît M. Tessier. «On parle de décision pour les prochains mois, dit-il. L’objectif est de déterminer les meilleures actions à mettre de l’avant. Ça peut-être plus difficile cet hiver,  je ne suis pas prêt à dire qu’il y aura des actions dès cet hiver, mais peut-être plus au printemps ou à l’été. Il faut cependant prendre des décisions rapidement parce que ça peut prendre un certain temps à mettre en branle.»

Le sous-comité entend aussi formuler d’autres recommandations à plus long terme, plus tard ce printemps, mais cette fois pour qu’elles fassent l’objet de discussion parmi la trentaine de représentants à la table de concertation.