Caroline Mulroney a été nommée ministre déléguée aux Affaires francophones en plus d’être la nouvelle procureure générale de la province.

«Un recul sur le plan symbolique»

La perte du statut de ministère à part entière pour les Affaires francophones au sein de l’appareil gouvernemental ontarien est «un recul sur le plan symbolique», disent des politologues, qui tiennent toutefois à préciser qu’il ne faut pas pour autant tirer la sonnette d’alarme.

«Avoir un ministère autonome, ça signifiait prendre du galon, plus de financement et plus de gens qui travaillaient à l’avancement de la cause. Alors, oui, dans une certaine mesure, c’est un recul. En même temps, c’est un jeune ministère qui n’avait pas encore vraiment fait ses preuves, alors il ne faut pas non plus crier au meurtre. C’est sûr que des questions vont s’imposer, par exemple est-ce que l’équipe en place va rester ? Va-t-il y avoir des compressions ?», affirme d’emblée la professeure et titulaire de la Chaire de recherche sur la francophonie et les politiques publiques à l’Université d’Ottawa, Linda Cardinal.

La spécialiste croit que la nomination de Caroline Mulroney à titre de Procureure générale et ministre déléguée aux Affaires francophones va permettre à celle-ci d’être «doublement conscientisée» aux enjeux tels que le besoin de juges bilingues et l’amélioration des services en français au sein du système de justice.

Pour la professeure à l’École d’études politiques de l’Université d’Ottawa, Geneviève Tellier, cette décision fera clairement sourciller, mais ce sont les gestes qui seront posés dans les prochains mois qui importent le plus.

«C’est une déception pour les Franco-Ontariens, et je peux la comprendre, parce que ça ne leur donne pas autant de poids et ça leur accorde moins de visibilité. Mais ceci étant dit, ça ne veut pas dire que rien ne sera fait. On a réservé le même sort aux Affaires autochtones. On dirait que tout ce qui est considéré comme groupe marginal a été rapatrié pour une question d’économies», soutient-elle. 

Mme Tellier n’est pas surprise que Mme Mulroney, une néophyte en politique qui maîtrise les deux langues officielles, se soit vue confier le dossier de la francophonie. Plusieurs analystes avaient d’ailleurs prédit sa nomination.

«C’est un bon choix, même si elle n’a pas beaucoup d’expérience sur les questions franco-ontariennes à proprement dit. Sauf que ce n’est pas la première fois qu’on aurait un ministre peu expérimenté qui finit par s’en sortir très bien. Tout dépend de comment elle portera les dossiers et je n’ai pas de raison de croire qu’elle ne le fera pas de la bonne façon», souligne-t-elle.

CE QU'ILS ONT DIT

Jim Watson, maire d’Ottawa

«Je veux féliciter l’hon. Lisa MacLeod et l’hon. Merrillee Fullerton pour leur nomination au Cabinet. Je sais qu’elles seront deux représentantes efficaces à la table du Cabinet au nom des résidents d’Ottawa. J’ai hâte de travailler avec elles, et le reste du gouvernement Ford, pour continuer à bâtir notre communauté et améliorer la qualité de vie des résidents d’Ottawa.»

John Fraser, chef par intérim du Parti libéral de l’Ontario

«Le caucus libéral travaillera avec le nouveau gouvernement et l’ Opposition pour le meilleur intérêt des Ontariens et Ontariennes. [...] Notre caucus évaluera attentivement afin de s’assurer que toutes les questions importantes pour l’Ontario reçoivent le temps et l’attention nécessaires.»

Alex Munter, président-directeur général du Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario

«Le ministère de la Santé, c’est un ministère que la clientèle est surtout composée d’aînés. Avoir une ministre (Christine Elliott) qui comprend les enjeux différents dans le domaine de la santé des enfants c’est bien accueilli.» 

Lise Bourgeois, présidente du collège La Cité

«Nous sommes heureux que la nouvelle ministre de la Formation et des Collèges et Universités soit de la région d’Ottawa. Nous avons hâte de rencontrer Mme Fullerton et de travailler en collaboration avec elle et son équipe.»

Pablo Mhanna-Sandoval, président sortant de la Fédération de la jeunesse franco-ontarienne

«La jeunesse franco-ontarienne attend avec optimisme l’appui de l’ensemble des député.e.s à Queen’s Park des projets tels l’Université de l’Ontario français et davantage d’infrastructure sociale en appui aux adolescents faisant face à des troubles de santé mentale. Ces dossiers transcendent les lignes partisanes et méritent d’être portés à fruit par le gouvernement Ford. » 

Université d’Ottawa sur Twitter

«Fière diplômée @uOttawaalumni @DrFullertonMPP a été nommé ministre de la Formation et des Collèges et Universités. Félicitations et au plaisir de travailler avec vous! #onpoli»