Un petit coin de Provence à Hull

Près de 200 personnes ont foulé le sol de l'Espace Tony Sousa du parc Fontaine à Gatineau, au cours de la journée de samedi, pour participer à la 10e édition de l'International de pétanque du Vieux-Hull.
Le parc Fontaine, devenu un petit coin de Provence, le temps de ce tournoi aussi amateur que sympathique, a accueilli 36 équipes de trois joueurs. L'activité annuelle n'est rien de plus qu'un beau prétexte pour voisiner et améliorer ses performances sur le terrain.
Ce sont les Productions des Outaouais motivés qui sont derrière ce rassemblement festif, un organisme sans but lucratif local qui organise notamment les fêtes de la Saint-Jean Baptiste sur la rue Laval et le Festival de l'Outaouais émergent, qui fête lui aussi ses dix ans.
La première édition de l'International de pétanque du Vieux-Hull date du temps d'une étudiante française inscrite à l'Université du Québec en Outaouais, qui a lancé l'événement devenu, depuis, une tradition annuelle.
Comme chaque année, les trois quarts des participants sont arrivés costumés, mais la journée était si chaude et ensoleillée, que les uniformes ont tôt fait de disparaître progressivement, à mesure qu'avançait la journée et que grimpait le mercure.
Comme le veut la coutume des jeux de boules en Europe, les membres des équipes blanchies devaient aller embrasser le postérieur d'un mannequin nommé Fanny ! Une vieille tradition européenne d'il y a plus de 100 ans aux origines douteuses. Une vraie Fanny aurait existé jadis, mais un mannequin aurait vite remplacé la jeune fille légère...
On ne sait pas combien de joueurs ont dû subir l'humiliation suprême d'aller embrasser le popotin du mannequin, mais le tout a dû se faire dans une explosion de rires et d'applaudissements.