George et Margarita Isaac, âgés respectivement de 96 et 93 ans, ont participé pour une troisième année consécutive à ce qui est maintenant devenu une activité familiale.
George et Margarita Isaac, âgés respectivement de 96 et 93 ans, ont participé pour une troisième année consécutive à ce qui est maintenant devenu une activité familiale.

Un parcours entre les générations

Julien Paquette
Julien Paquette
Le Droit
George et Margarita Isaac, âgés respectivement de 96 et 93 ans, étaient parmi les milliers de personnes à prendre le départ de la Course de l'Armée du Canada, hier matin.
Le couple de vétérans de la Deuxième Guerre mondiale participe pour la troisième année consécutive à ce qui est devenu une activité familiale à l'initiative de leur fille, Irene Taylor.
«J'ai fait la Course de l'Armée chaque année depuis sa création. [...] Quand mes parents ont déménagé de l'Alberta pour venir habiter avec mon conjoint et moi, j'ai pensé qu'il s'agissait d'une opportunité unique de les impliquer dans l'activité.»
George et Margarita ont été rapidement emballés par l'idée de se joindre à leur fille et leurs petits-enfants. «Je crois que c'est formidable, ça nous permet de nous souvenir de tous ces jeunes hommes qui sont morts au combat», affirme la dame.
«Ce sont nos fils et nos filles qui servent à l'étranger, nous sommes là pour démontrer notre support et notre gratitude», ajoute son mari.
Selon leur petit-fils Kevin Taylor, les autres participants de la course sont aussi heureux que ses grands-parents de les voir au fil de départ et tout au long du parcours. Il affirme que les gens s'arrêtent pour dire merci, prendre des selfies, et même les applaudir.
Mais tous ces applaudissements n'égaleront jamais ceux qu'ils ont reçus lors de leur première participation, il y a deux ans, affirme Irene Taylor. La famille avait alors été invitée à une soirée réservée aux soldats blessés au combat, où George et Margarita Isaac ont reçu une ovation debout.
«On les a présentés en disant qu'ils se sont rencontrés durant la Deuxième Guerre mondiale. Les gens les ont chaleureusement applaudis, on ne comprenait pas ce qui se passait. On nous a expliqué qu'ils étaient un symbole d'espoir pour ceux qui revenaient tout juste d'Afghanistan avec l'incertitude pour la suite de leur vie, pour leur mariage dans certains cas.»
Il faut dire que la façon dont leur relation s'est entamée, George et Margarita auraient facilement pu perdre contact. Ingénieur pour l'Armée canadienne, il a rencontré celle avec qui il est marié depuis 71 ans alors qu'elle faisait partie de l'Aviation britannique.
«Je cherchais un endroit pour acheter du café, je l'ai croisée et lui ai demandé son aide, raconte George Isaac. Malheureusement, il n'y avait que du thé là-bas! On est allé ensemble à la maison de thé et, en entrant, j'ai vu le soleil l'entourer, j'étais sous le charme. À partir de ce moment, chaque fois que je pouvais quitter notre base, j'allais la retrouver.»
Plus de 25000 participants
La Course de l'Armée du Canada a solidifié son statut de course ayant la plus forte croissance au pays, hier matin, avec plus de 25000 personnes sur la ligne de départ.
C'est un Gatinois, Maxime Leboeuf, qui a présenté le meilleur temps du demi-marathon. Il a complété le parcours en 1 heure, 10 minutes et 41 secondes. Lyndsay Tessier, de Pickering en Ontario, a quant à elle obtenu le meilleur chrono chez les femmes en courant le demi-marathon en 1 heure, 20 minutes et 42 secondes.
Hier soir, l'organisation de la course annonçait que 350000$ ont été recueillis pour Sans limites et le Fonds pour les familles des militaires. Le décompte final n'était toutefois pas encore complété.
Jpaquette@ledroit.com