Le Noël du campeur a une allure bien différente cette année alors que les festivités n’ont pas eu lieu dans plusieurs campings de l’Outaouais afin de respecter les consignes sanitaires misent en place par le gouvernement québécois.
Le Noël du campeur a une allure bien différente cette année alors que les festivités n’ont pas eu lieu dans plusieurs campings de l’Outaouais afin de respecter les consignes sanitaires misent en place par le gouvernement québécois.

Un Noël du campeur sans festivités en Outaouais

Jean-Simon Milette
Jean-Simon Milette
Le Droit
Pandémie oblige, le Noël du campeur a une allure bien différente cette année alors que les festivités n’ont pas eu lieu dans plusieurs campings de l’Outaouais afin de respecter les consignes sanitaires mises en place par le gouvernement québécois.

Des propriétaires de camping de l’Outaouais ont dû se rendre à l’évidence et mettre une croix sur les festivités entourant le Noël du campeur cette année afin d’assurer la sécurité des campeurs.

« On a suspendu toutes les activités », lance d’emblée la propriétaire du camping Ange Gardien, Sylvie Villeneuve. « Les gens comprennent. L’idée est d’éviter les rassemblements et de respecter les consignes du gouvernement. Les gens sont corrects avec ça, c’est une situation particulière qu’on vit cette année. »

« Le camping est ouvert, mais sans activités spéciales pour éviter de propager la COVID », explique pour sa part la propriétaire du camping de Cantley, Lise Lefebvre. « On ne veut pas se mettre dans une situation où il y aurait la chance de propager le virus. Chacun fête ça de son côté et respecte les consignes de distanciation. »

Les célébrations du Noël du campeur ont été mises sur pause cette année.

Malgré que les festivités soient remises à l’année prochaine, les campings demeurent une destination populaire pour les résidents de la région.

« On est pleins. Il y a beaucoup de gens, même avec la pandémie. Il faut dire qu’on a été choyé et qu’on a eu de la belle température cet été », note Mme Villeneuve.

Du côté du camping de Cantley, Mme Lefebvre remarque une baisse au niveau de l’achalandage à ce temps-ci de l’année, majoritairement en raison de l’absence de touristes provenant de l’extérieur de la région.

« Il y a pas mal de monde, mais pas autant que d’habitude. On vit habituellement beaucoup du tourisme, mais là à cause des circonstances actuelles, il y a beaucoup de gens qui n’osent pas se déplacer entre régions. Notre clientèle est différente, c’est plus du local. Au lieu d’être occupé en semaine, c’est plutôt très occupé les fins de semaine. »