Émilie Barrette, accompagnée de son conjoint Simon Thibaudeau et leurs deux enfants, Louis et Clément.

Un Noël à partager

Pour une 10e fois, Émilie veut permettre à sa communauté de passer un Noël dans le partage

Fondatrice de l’événement « À Noël, on se rassemble », Émilie Barrette, qui vient d’accoucher d’un deuxième petit bonhomme il y a à peine trois semaines, aurait très bien pu mettre au rancart son projet communautaire qui en sera à une 10e édition cette année et tout le monde l’aurait certes excusé. Mais la jeune maman de 31 ans tenait à maintenir la tradition bien vivante malgré le fait qu’elle doive conjuguer la nouvelle dynamique familiale avec la complexité de l’organisation liée à son événement. 

Véritable happening annuel du 25 décembre depuis maintenant une décennie à Buckingham, « À Noël, on se rassemble » permet d’offrir une soirée digne de l’esprit des Fêtes aux gens seuls, endeuillés, défavorisés ou tout simplement aux personnes ou familles de la région qui veulent profiter d’un délicieux repas traditionnel en bonne compagnie, l’instant de quelques heures. Toute la population est conviée gratuitement à la salle de quilles King Pin de Buckingham à partir de 17 h. Ils étaient environ 130 convives l’an passé à prendre part aux festivités.

Quand Émilie Barrette a appris au printemps dernier qu’elle était enceinte d’un deuxième enfant et que la date d’accouchement était prévue pour le 13 décembre, elle a vaguement songé à mettre un frein à son événement. La réflexion a cependant été brève.

« Je savais que je tapais les 10 ans et laisser aller le projet parce que j’ai un bébé naissant, je pense qu’au final, je l’aurais regretté. Beaucoup de personnes reviennent année après année et c’est devenu une tradition pour eux. Ces gens-là appellent pour s’inscrire, ils se mettent beaux, ils anticipent ça. Je ne me voyais pas l’annuler », raconte-t-elle.

Son conjoint Simon Thibaudeau l’aide grandement ces dernières semaines. Quand Émilie est trop occupée avec l’organisation de l’activité, Simon prend le relais avec bébé Louis et le petit Clément, 2 ans. 

Un projet rassembleur

Émilie Barrette le concède, préparer son événement est un véritable travail de moine qui demande beaucoup de temps. C’est grâce à toute l’équipe de bénévoles qui épaule la jeune femme qu’elle récidive chaque année. Et pour cette 10e édition, avec un nouveau-né qui s’est ajouté au portrait de famille, c’est d’autant plus vrai. 

Amis et parents tout comme de bons samaritains de la communauté mettent la main à la pâte afin de préparer la décoration de la salle, les cadeaux et la nourriture. Un service de transport pour les participants incapables de se déplacer sur les lieux est aussi en place.

« Oui c’est moi qui suis le levier, mais j’ai une trentaine de gens qui m’aident pour organiser l’activité. Le fait qu’il y a plein de personnes qui se rallient, ça allège beaucoup mon travail. C’est un projet rassembleur », précise Émilie.

Cette année, Clément accompagnera ses parents au rassemblement pour une première fois. Quant à Louis, un brin trop jeune, il se fera garder par sa grand-mère à la maison. C’est peut-être atypique comme 25 décembre au soir pour une jeune famille, mais le jeu en vaut la chandelle, estime la principale concernée. « Je veux que mes enfants voient ça et baigne là-dedans. Un jour, Louis pourra aussi nous accompagner. C’est une façon de leur transmettre le don de soi », lance Émilie.

Et ce n’est pas comme si les Barrette-Thibaudeau ne réussissaient pas malgré tout à vivre l’esprit des Fêtes convenablement.

« C’est sûr que ça empiète sur mon temps au niveau familial, mais je sais que c’est pour une bonne cause. On fête le 24 au soir, on a un brunch le 25 et on se voit au jour de l’An donc on passe quand même du temps en famille. Ce n’est pas la date qui est importante, mais ce sont les moments passés ensemble », conclut la jeune femme de Buckingham.