L’Ontario a dévoilé qu’Ottawa était parmi les villes qui accueilleraient les 14 premiers magasins de marijuana de la province. En tout, 150 boutiques doivent ouvrir d’ici 2020.

Un magasin de cannabis à Ottawa

La Régie des alcools de l’Ontario a dévoilé vendredi les villes qui devraient accueillir l’été prochain ses 14 premiers magasins de marijuana.

Le gouvernement ontarien avait annoncé cette semaine qu’il comptait ouvrir au départ 40 magasins, pour atteindre graduellement une cible d’environ 150 boutiques d’ici 2020. La liste des autres villes choisies sera dévoilée plus tard. Queen’s Park rappelle par ailleurs que les consommateurs pourront toujours commander du cannabis en ligne.

De Toronto à Windsor

La Régie des alcools a donc indiqué vendredi qu’elle aménagerait d’ici juillet 2018 des magasins à Toronto, Barrie, Brampton, Hamilton, Kingston, Kitchener, London, Mississauga, Ottawa, Sault Ste. Marie, Sudbury, Thunder Bay, Vaughan et Windsor. Des représentants de la Régie et du ministère des Finances rencontreront les autorités de ces municipalités au cours des prochaines semaines pour déterminer les emplacements de ces magasins.

La semaine dernière, le ministre des Finances, Charles Sousa, a assuré les dirigeants municipaux que son gouvernement voulait procéder à une juste répartition géographique des magasins de marijuana dans toute la province, en misant sur l’expertise de la Régie des alcools. Le gouvernement souhaite aussi réduire le nombre de « dispensaires » illégaux qui ont ouvert leurs portes depuis l’annonce d’Ottawa de légaliser la marijuana en juillet 2018.

Les citoyens pourront par ailleurs se prononcer auprès de la Régie sur les emplacements proposés pour les futurs magasins, qui ne seront jamais situés près d’une école, a promis le ministre Sousa.

Une vente encadrée

L’Ontario a été la première province à dévoiler sa stratégie pour la vente et la distribution de marijuana, un champ de compétence provinciale. Queen’s Park a fixé l’âge minimal pour les clients à 19 ans, et la consommation de marijuana ne sera pas permise dans un endroit public ou en milieu de travail.

En vertu du projet de loi déposé cette semaine, toute personne qui vendrait de la marijuana illégalement serait passible d’une peine de prison maximale de deux ans moins un jour et d’une amende pouvant atteindre 250 000 $. Les récidivistes seraient passibles d’une amende maximale de 100 000 $ par jour.