Le président du c.a. de la CCN, Russell Mills, ainsi que le premier dirigeant de l'agence fédérale, Jean-Francois Trépanier

Un intérim interminable à la CCN

Nommé temporairement par le gouvernement Harper pour remplacer Marie Lemay à la tête de la Commission de la capitale nationale (CCN), Jean-François Trépanier devait en principe assurer l'intérim pendant quelques mois, tout au plus. Plus de deux ans plus tard, il est toujours en poste. Mais la situation pourrait changer au cours des prochaines semaines.
C'était à l'été 2012. On ignorait alors que les conservateurs s'apprêtaient, moins d'un an plus tard, à limiter considérablement le mandat de la CCN.
Dans un communiqué émis à la mi-août, la nouvelle tombe: Marie Lemay, première dirigeante de la société d'État depuis presque cinq ans, deviendrait sous-ministre déléguée au ministère de l'Industrie. Celle qui avait été à la tête de quelques organismes devenait soudainement la numéro3 de son bureau. Ce qui avait suscité son lot de questions.
Un mois plus tard, le vice-président administratif des opérations de la Commission, Jean-François Trépanier, était nommé premier dirigeant par intérim de la CCN, «jusqu'à ce qu'un premier dirigeant soit nommé suite à une compétition».
Le processus devait prendre «quelques mois». Près de 30 mois se sont écoulés, le concours a bel et bien eu lieu, mais la nomination «permanente» tarde à se faire entendre.
Entre-temps, Marie Lemay a été nommée présidente de l'Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec, en novembre dernier.
Le bureau du ministre John Baird refuse d'expliquer pourquoi.
Mais il confirme que ce processus de sélection a bel et bien eu lieu.
«Le processus afin de nommer un nouveau dirigeant pour la CCN fut rigoureux et exhaustif - et nous espérons en faire l'annonce dans les semaines à venir», a affirmé Rick Roth, l'attaché de presse du ministre responsable de la CCN, dans un courriel.
Avant son embauche à la CCN, M. Trépanier, un comptable agréé, avait travaillé pendant six ans comme chef des opérations à la Fédération canadienne des municipalités.
Il avait, là aussi, assumé le poste de chef de la direction intérimaire.
Est-il candidat à sa propre succession? «Cette question, c'est non pertinent à ce point-ci», a-t-il simplement répondu lorsqu'interrogé à cet effet par LeDroit, à la fin d'un point de presse où il était présent jeudi.