Maxime Pedneaud-Jobin, chef d’Action Gatineau, propose la création d’un fonds de 8,5 millions pour des projets de quartier.

Un fonds pour les projets de quartier

Action Gatineau veut créer un fonds de 8,5 millions $ à investir dans le prochain mandat pour des projets de quartier qui, parfois, « tombent dans les craques ».

Le maire sortant et chef d’Action Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, a annoncé mercredi son intention de consacrer, pour les quatre prochaines années, 8,5 millions $ pour « des aménagements particuliers dans les quartiers qui améliorent grandement la qualité de vie, mais qui ne sont pas faits systématiquement dans l’ensemble des quartiers ».

Les parcs à chiens ou les parcs pour la planche à roulettes en sont des exemples, mais aussi des « projets d’envergure comme la ferme Moore ou la revitalisation du 100 Gamelin », a souligné M. Pedneaud-Jobin.

« Ce sont des aménagements pour lesquels, en partant, dans le budget, il n’y a pas vraiment de fonds disponibles pour les financer », a-t-il expliqué.

La candidate d’Action Gatineau dans le district Parc-de-la-Montagne-Saint-Raymond, Yolaine Ruel, estime qu’il s’agit de l’annonce « la plus le fun » de son parti, puisque « c’est un peu de l’argent qu’on peut mettre pour des projets qui tombent dans les craques » budgétaires.

Le projet visant à établir une réglementation pour permettre aux enfants de jouer dans la rue pourrait aussi être financé par le nouveau fonds, a indiqué le maire sortant.

Il propose à cet égard de « s’inspirer de ce qui s’est fait dans certaines villes » afin d’encadrer le jeu dans les rues résidentielles, entre autres grâce à de la signalisation. Le prêt d’équipement pourrait aussi s’imbriquer dans ce projet, pour lequel Action Gatineau veut agir « assez rapidement en 2018 » afin d’établir une réglementation.

Le fonds de 8,5 millions $ que propose Action Gatineau ne devrait par ailleurs pas donner lieu à du « tirage de couverte » entre les élus du parti et les indépendants, croit Maxime Pedneaud-Jobin.

« Le principe qu’on va appliquer, c’est celui qu’on a essayé d’appliquer tout le temps, c’est en fonction du besoin, dit-il. Donc si dans un quartier il y a un enjeu de parc à chiens particulier qui est important, ce sera au conseiller ou à la conseillère de démontrer aux collègues qu’il y a un besoin plus grand là. »