Équiterre présentait la nouvelle édition de son programme de paniers bio, hier soir, à Gatineau. Sur la photo: Julie Martineau, du groupe d'action en Outaouais; Mathieu Roy, conseiller en agriculture; et Isabelle St-Germain, directrice générale adjointe de l'organisation écolo.
Équiterre présentait la nouvelle édition de son programme de paniers bio, hier soir, à Gatineau. Sur la photo: Julie Martineau, du groupe d'action en Outaouais; Mathieu Roy, conseiller en agriculture; et Isabelle St-Germain, directrice générale adjointe de l'organisation écolo.

Un fermier de famille pour manger bio sans casse-tête

Julien Paquette
Julien Paquette
Le Droit
Imaginez manger des aliments plus savoureux tout en réduisant vos émissions de gaz à effet de serre et en encourageant l'économie locale. Équiterre croit avoir la formule idéale pour y arriver.
L'organisation écolo présentait la nouvelle édition de son programme de paniers bio, hier soir, à Gatineau.
Les gens de l'Outaouais peuvent s'inscrire au www.paniersbio.org pour recevoir chaque semaine un panier de fruits et de légumes biologiques produits par des agriculteurs locaux.
En moyenne, il en coûte 350$ pour la saison en entier, explique la dg adjointe d'Équiterre, Isabelle St-Germain. Elle estime qu'il s'agit d'un prix compétitif pour de tels produits, normalement difficiles à trouver.
«Il y a une limite dans l'éducation. On peut dire aux gens qu'ils peuvent s'approvisionner, mais le frein premier à l'achat local et biologique, c'est l'accessibilité.»
Le mode de fonctionnement convient également aux petits agriculteurs bio, bien souvent victimes de l'irrégularité dans la demande. «Je peux produire 100livres de carottes une semaine et être obligé de les jeter parce que je n'ai pas d'acheteurs, et la semaine suivante avoir une demande pour 200livres et ne pas être capable de répondre», explique le propriétaire de Notre petite ferme, Jim Thompson. «Avec les paniers, c'est plus stable, je limite les pertes.»
Des avantages multiples
Le conseiller et membre des commissions et comités municipaux en environnement et en agriculture, Mike Duggan, assistait à la conférence de presse. Par intérêt personnel, dit celui qui a complété des études supérieures en environnement.
Selon lui, l'initiative d'Équiterre présente de nombreux avantages, de la santé, à l'économie locale, en passant par l'environnement. «On devrait s'en servir pour être plus autonomes. Si on a un produit comme les légumes que les enfants aiment manger parce que la saveur est meilleure, c'est bon pour la santé des jeunes aussi. Il y a beaucoup de raison pourquoi j'encourage cette initiative.»
Le goût du produit fait également partie des arguments d'Équiterre. Mme St-Germain affirme que la fraîcheur des produits, souvent livrés le lendemain de leur cueillette, est ressentie par les «partenaires» du programme de paniers bio. «Les gens sont éblouis (par le goût), ça les accroche beaucoup.»
Il y aura 35 points de livraison en Outaouais cet été; quelque 827 personnes pourront s'inscrire.