Pour une troisième et dernière saison, le spectacle multimédia AGWÀTÀ est présenté sur le ruisseau de la Brasserie.

Un dernier rideau d’eau pour AGWÀTÀ

Les Gatinois étaient au rendez-vous vendredi soir au ruisseau de la Brasserie pour assister à la première représentation de la troisième et dernière valse de l’œuvre AGWÀTÀ.

Le site faisait salle comble pour le spectacle aquatique multimédia sur qui le rideau tombera pour de bon le 29 juillet. 

Il s’agit donc de la dernière chance pour assister à l’une des représentations de la production qui auront lieu jusqu’à dimanche soir prochain, et pour saluer du même coup le talent gatinois derrière l’œuvre qui a vu le jour en 2015.

L’événement avait attiré plus de 14 000 spectateurs lors de la première édition. En 2017, AGWÀTÀ a été présenté devant 10 500 personnes.

« Un spectacle comme celui-ci a une durée de vie d’environ trois ans, puisque les gens l’auront vu. On a donc jugé que c’était son dernier tour de piste », a indiqué le président de Mixmédiarts, l’entreprise derrière AGWÀTÀ, Jacques Gédéon.

AGWÀTÀ signifie « sortir de l’eau » en langue algonquine. Le spectacle de 17 minutes commémore l’histoire de la ville de Hull, de 1800 à 1900. Le patrimoine est mis en valeur grâce aux animations projetées sur un écran d’eau géant, aux fontaines et aux éclairages, le tout accompagné d’une musique originale.

« AGWÀTÀ est un projet identitaire fort pour les Gatinoises et les Gatinois », a souligné le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin.

Le directeur artistique d’AGWÀTÀ, Alain St-Jean, était très fébrile quelques instants avant la première représentation du spectacle de vendredi soir. Les spectateurs étaient au rendez-vous, a-t-il constaté avec satisfaction.

« C’est ce qu’on souhaitait. Ça veut dire qu’il y a des gens qui ne l’ont pas encore vu et qui réalisent qu’ils veulent le voir avant qu’on descende le rideau pour une dernière fois. Les gens sont au rendez-vous alors pour moi c’est mission accomplie », a commenté M. St-Jean, concédant que la dernière représentation du 29 juillet risque d’être particulièrement émotive pour l’équipe derrière l’œuvre.

S’il s’agit du dernier tour de piste pour AGWÀTÀ, Mixmédiarts songe à créer un nouveau spectacle, universel, qui pourrait être encore présenté au ruisseau de la Brasserie, mais qui pourrait surtout s’exporter.

« C’est un rêve qu’on a. On travaille dessus, mais il n’y a rien de garanti », a indiqué M. Gédéon. On se cherche un bon scénario. Ce qui était plaisant avec AGWÀTÀ, c’est que le projet a été créé par du talent gatinois. On voudrait rester avec du talent gatinois autant que possible. C’était notre fierté et c’est encore notre fierté ».

AGWÀTÀ sera présenté deux fois par soir, soit à 21 h 30 et à 22 h 15, jusqu’au 29 juillet. Les billets sont en vente au prix de 9 $ pour les adultes et de 4 $ pour les enfants de moins de 12 ans.