Enthousiaste, Louise Hamelin offrait hier l'une des dernières visites guidées de l'ancienne résidence des premiers ministres Wilfrid Laurier et William Lyon Mackenzie King . « C'est une maison formidable. Les gens sont toujours très intéressés d'en apprendre davantage sur son histoire », explique-t-elle. Les visites, en personne, prennent fin aujourd'hui.
Enthousiaste, Louise Hamelin offrait hier l'une des dernières visites guidées de l'ancienne résidence des premiers ministres Wilfrid Laurier et William Lyon Mackenzie King . « C'est une maison formidable. Les gens sont toujours très intéressés d'en apprendre davantage sur son histoire », explique-t-elle. Les visites, en personne, prennent fin aujourd'hui.

Un dernier adieu à la Maison Laurier

Philippe Orfali
Philippe Orfali
Le Droit
Amateurs d'histoires et touristes ont fait leurs adieux à la Maison Laurier, ce week-end. L'ancienne résidence des premiers ministres Wilfrid Laurier et William Lyon Mackenzie King accueille aujourd'hui ses derniers visiteurs avant longtemps, les compressions budgétaires ayant mené à l'abolition du programme de visites guidées de ce lieu historique national.
Enthousiaste, Louise Hamelin offrait hier l'une des dernières visites guidées de ce lieu qu'elle adore.
« C'est une maison formidable. Les gens sont toujours très intéressés d'en apprendre davantage sur son histoire », explique-t-elle.
Mais tout ça, c'est désormais de l'histoire ancienne.
La Maison Laurier ferme aujourd'hui pour l'hiver. À sa réouverture, au mois de mai, Louise et ses collègues auront été remplacés par des iPad. Et la Maison Laurier ne sera désormais ouverte au public que sur rendez-vous uniquement.
Comme celui de 1 600 de ses collègues à travers le pays, le poste de Louise a été jugé « excédentaire » par le gouvernement. En tout, trois postes seront éliminés à la Maison Laurier. Leurs titulaires y travaillaient depuis plus de huit ans.
À l'été, la Maison comptera deux employés d'entretien et des étudiants seront embauchés comme préposés à l'accueil.
Secret bien gardé
La Maison Laurier est un secret bien gardé du quartier Côte-de-Sable d'Ottawa. Si bien que seulement 11 000 touristes la visitaient en moyenne chaque année.
Construite en 1878, cette maison de style Second Empire a accueilli sous son toit pendant près d'un demi-siècle deux premiers ministres canadiens.
À sa mort, Mackenzie King léguait sa demeure à l'État, avec comme voeux d'en faire un musée d'histoire.
De la maison de trois étages, une quinzaine de pièces étaient accessibles au public. La visite de près d'une heure, offerte sans rendez-vous tous les jours de la semaine, permettait d'en savoir davantage sur les composantes architecturales de l'imposante demeure et sur la vie privée de ses célèbres occupants.
Les pièces regorgent d'objets antiques et révèlent de nombreux secrets au sujet de l'énigmatique ancien premier ministre. On y découvre notamment la passion de Mackenzie King pour le monde spirituel et les esprits.
La Maison Laurier permet également d'en apprendre davantage sur le quartier historique de la Côte-de-Sable.
Un guide iPad
Parc Canada travaille actuellement à la création d'une application pour tablette iPad afin de compenser l'élimination des postes d'interprètes dans plusieurs de ses lieux historiques.
Mais cette nouvelle façon de faire ne convainc pas les visiteurs, nombreux à s'être rendu à la Maison Laurier ces derniers jours.
« Je suis venue ici lorsque j'étais petite, et lorsque j'ai appris qu'il ne serait plus possible d'obtenir de visites guidées, je me suis précipitée pour que mon fils puisse en profiter autant que moi », explique Katherine Moss, venue hier visiter la résidence patrimoniale en compagnie de son époux et de son fils Alexander.
« Des guides comme Louise rendent vivante cette demeure. C'est une grande perte. Je comprends que des compressions budgétaires soient nécessaires, mais l'histoire et la culture sont essentielles à la compréhension de notre pays », a déploré la résidente de Nepean.