La ministre responsable de l’Outaouais, Stéphanie Vallée, a confirmé vendredi la signature du décret gouvernemental rendant les résidents de l’Outaouais victimes des inondations de cette semaine, admissibles au Programme général d’aide financière lors de sinistres réels ou imminents.

Un décret pour les sinistrés

La ministre responsable de l’Outaouais, Stéphanie Vallée, a confirmé vendredi la signature du décret gouvernemental rendant les résidents de l’Outaouais victimes des inondations de cette semaine, admissibles au Programme général d’aide financière lors de sinistres réels ou imminents. Il s’agit du même programme destiné aux sinistrés du printemps dernier, en Outaouais et ailleurs au Québec. Du même coup, la ministre a questionné la fermeture du chemin Paugan, à Denholm.

Le Programme est disponible pour les résidents sinistrés d’Aumond, de Blue Sea, de Cantley, de Cayamant, de Chelsea, de Denholm, de Gatineau, de Lac-Sainte-Marie, de La Pêche, de Maniwaki de Pontiac et de Val-des-Monts.

Des sinistrés du printemps dernier se disent toujours sans ressources ni dédommagement du gouvernement. Les nouvelles demandes d’aide viennent s’ajouter à cette pile de dossiers.

« Au niveau de la rapidité des services, il y a un questionnement », affirme le maire de Val-des-Monts, Jacques Laurin. Le premier magistrat devait d’ailleurs effectuer une visite des sinistrés avec la ministre Vallée, vendredi après-midi. « J’ai entre autres quatre familles à bout de ressources. »

« Ce que nous visons depuis le début de 2017 est exceptionnel, a répondu Mme Vallée. Personne ne s’attendait à l’ampleur des inondations du printemps dernier. Et dans la nuit (de dimanche à lundi), on ne s’attendait pas à autant de précipitations en si peu d’heures. »

Les ministères de l’Environnement et de la Sécurité publique sont en réflexion « sur les différentes façons de répondre (aux urgences), parce qu’il y a manifestement des changements climatiques qui affectent le Québec », a ajouté Mme Vallée.

Denholm

Même si la ministre responsable de l’Outaouais, Stéphanie Vallée, veut garder ouvert le chemin Paugan à Denholm, la municipalité a voté malgré tout, vendredi soir, en assemblée extraordinaire, en faveur de sa fermeture définitive.

Après avoir obtenu quorum, quatre conseillers municipaux déjà élus par acclamation ont unanimement voté en faveur d’une résolution portant sur la fermeture définitive du chemin Paugan, au cours d’une assemblée qui a attiré plus d’une centaine de citoyens, attristés mais résignés.

Le maire Gaétan Guindon estime que le chemin Paugan, un des rares axes routiers est-ouest au nord de Gatineau, doit être fermé de façon permanente en raison de son piètre état. Plus tôt dans la journée, vendredi, la ministre avait répondu que cette fermeture permanente «n’était pas une option».

Les pluies abondantes des derniers jours ont endommagé plusieurs artères dans les MRC des Collines et de la Vallée-de-la-Gatineau. Le coup de grâce aurait été donné à ce chemin de Denholm, utilisé par plusieurs pour éviter un détour de 45 minutes par le sud entre les routes 307 et 105.

«On va voir de quelle façon on peut assurer le maintien de ce chemin-là», a dit la ministre, vendredi, lors d’une conférence de presse sur l’état de la situation en Outaouais.

La portion du chemin Paugan menacée de fermeture.

Le chemin a déjà été sous la responsabilité du gouvernement provincial, avant qu’il soit confié à la municipalité de Denholm. La municipalité dit ne pas avoir les moyens de réparer le chemin. Les dommages sont évalués de un à deux millions $. Or, le budget total de la municipalité de Denholm dépasse à peine le million.

«Force est de constater que le chemin Paugan est un chemin qui est utilisé non seulement par les citoyens de la municipalité (de Denholm) mais qui sert aussi aux véhicules d’urgence et au transport scolaire, a précisé la ministre. On va voir à trouver une solution. Selon moi, c’est un chemin important pour le secteur sud de la Vallée-de-la-Gatineau et le secteur nord de la MRC des Collines, et qui permet l’accès à bien des gens aux infrastructures du mont Sainte-Marie. Il faut voir comment on accompagne la municipalité dans ça. La fermeture permanente n’est pas une option.»

«On garde le cap»

«On garde le cap», a confirmé au terme du vote, le maire de Denholm, Gaétan Guindon. 

«Je comprends que madame la ministre ne veuille pas que ça ferme, mais notre position n’a pas changé. Si le gouvernement et ses ministères sont ouverts pour trouver des solutions permanentes, nous sommes aussi ouverts. Mais notre malheur nous met dans cette position où nous n’avons pas le choix, comme municipalité, de fermer le chemin. On est ouvert à tous les commentaires... si c’est le provincial qui paie», avait-il déclaré plus tôt en journée à la conférence de presse.