Dès le 5 août, les Québécois devront ralentir et changer de voie à l'approche d'un véhicule d'urgence en bordure de la route.
Dès le 5 août, les Québécois devront ralentir et changer de voie à l'approche d'un véhicule d'urgence en bordure de la route.

Un corridor de sécurité pour les premiers répondants

Jonathan Blouin
Jonathan Blouin
Le Droit
Le nouveau règlement destiné à protéger les premiers répondants en bordure des routes a été bien accueilli par les services d'urgence de l'Outaouais, hier, à moins d'une semaine de sa mise en application.
Ce règlement obligera dorénavant les automobilistes à ralentir et, si possible, à changer de voie lorsqu'un véhicule d'urgence est immobilisé sur l'accotement et que ses gyrophares sont en fonction.
À défaut de se conformer, les conducteurs délinquants s'exposeront à une amende variant de 200$ à 300$ ainsi qu'à l'ajout de quatre points d'inaptitude à leur dossier.
«Là, c'est clair, net et précis. Les automobilistes devront nous donner une aire de sécurité», s'est réjoui le directeur des opérations à la Coopérative des paramédics de l'Outaouais, Marc Paquette.
Selon lui, il était temps que le gouvernement adopte un règlement du genre, bien connu dans le reste du Canada et aux États-Unis sous l'appellation «move-over law». «Une loi sur la priorité du droit de passage existait, mais l'amende était de 60$. Là, ce sont des amendes de 300$ et quatre points d'inaptitude. C'est une loi qui a plus de mordant», dit-il.
Plus de détails avec LeDroit du 31 juillet 2012 ou sur ledroitsurmonordi.ca