Normand Poirier souhaite déménager son concessionnaire automobile Toyota Gatineau.

Un concessionnaire automobile en zone inondable

Les élus d’Action Gatineau (AG) se sont retrouvés isolés, mardi, lors d’un vote sur un projet commercial dans le secteur Gatineau.

Ces derniers souhaitaient retarder d’un mois l’autorisation du développement d’un terrain situé en zone inondable sur lequel l’homme d’affaires Normand Poirier souhaite déménager son concessionnaire automobile Toyota Gatineau. 

La conseillère Myriam Nadeau a présenté, plus tôt dans la journée, un amendement à la résolution devant permettre un changement au schéma d’aménagement pour le terrain du 1415, rue Saint-Louis. Il y avait lieu, selon elle, de retarder l’adoption du changement de zonage afin que le conseil s’assure qu’il n’interfère pas avec la demande pour le même secteur de dérogation collective faite au gouvernement dans le cadre des inondations printanières.

M. Poirier souhaitait faire modifier le zonage de résidentiel dans une plaine inondable à commercial. 

« On ne sait pas si cette demande de modification aura un quelconque impact sur les obligations dont nous aurons à répondre à Québec pour obtenir la dérogation collective qui permettra à des gens de pouvoir reconstruire leur maison, a-t-elle expliqué. Mon objectif est simple, c’est de mettre toutes les chances de notre côté pour que le gouvernement reçoive favorablement notre demande de dérogation collective. On ne connaît pas les exigences de Québec. Je ne veux que m’assurer que les sinistrés ne paieront pas le prix d’un tel changement. C’est un très court délai de 30 jours que je demande. »

Loin de rallier une majorité au conseil, c’est plutôt les foudres de certains élus indépendants que s’est attirées Mme Nadeau. « On dirait qu’on veut demeurer un village, a lancé le candidat à la mairie, Denis Tassé, visiblement en mode électoral. Il faut développer notre ville. On dirait qu’on veut créer de la pauvreté. Moi je veux créer de la richesse parce que c’est avec ça qu’on va pouvoir réparer nos rues. »

Le conseiller Marc Carrière a indiqué que Mme Nadeau proposait un « faux argument » pour bloquer un projet de développement. 

Le maire Maxime Pedneaud-Jobin a accusé ses adversaires de verser dans l’improvisation pour faire de la politique. « Moi, je ne veux pas qu’on fasse un tel changement avant qu’on ait toute l’information, a-t-il dit. Il est plus sage d’attendre. Nos adversaires veulent nous dépeindre comme des gens contre le développement, mais c’est simpliste comme approche. C’est une plaine inondable. Je ne sais pas où ils étaient au printemps, mais moi j’étais dans ce secteur et ça n’allait pas bien. »

Le conseil municipal a adopté le changement de zonage à la majorité.