La présidente de la FÉUO, Anne-Marie Roy.

Un clavardage cru provoque la controverse à l'U d'O

Une conversation privée à caractère sexuel entre des leaders étudiants de l'Université d'Ottawa a créé un scandale sur le campus de l'institution d'enseignement supérieur.
Des photos d'un écran d'ordinateur montrant un clavardage sur le réseau social Facebook circulent sur le Web. Les cinq hommes blaguent à propos d'actes sexuels qu'ils feraient subir à la présidente de la Fédération étudiante de l'Université d'Ottawa (FÉUO), Anne-Marie Roy.
Le recteur de l'Université d'Ottawa s'est mêlé à l'affaire samedi soir en publiant un communiqué où il dénonce les propos et offre son soutien à Mme Roy.
Deux des jeunes hommes impliqués ont d'ailleurs démissionné de leur poste de vice-président aux activités sociales au sein de leur association respective.