Le gouvernement fédéral lance un appel aux universités, aux entreprises et à la collectivité pour aider l’armée canadienne dans plusieurs dossiers pressants comme le syndrome de stress post-traumatique, le recrutement de femmes, la surveillance des voies navigables ou la lutte contre les cyberattaques.

Un appel de propositions pour 1,6 milliard$

CALGARY — Le gouvernement fédéral lance un appel aux universités, aux entreprises et à la collectivité pour aider l’armée canadienne dans plusieurs dossiers pressants comme le syndrome de stress post-traumatique, le recrutement de femmes, la surveillance des voies navigables ou la lutte contre les cyberattaques.

Cet appel à propositions a été lancé lundi à Calgary par le ministre de la Défense nationale, Harjit Sajjan, avec à la clé des incitatifs financiers séduisants : un programme quinquennal de 313 millions $, pour un budget total de 1,6 milliard $ sur 20 ans.

Les libéraux avaient d’abord annoncé ce programme « Innovation pour la défense, l’excellence et la sécurité » (IDEeS) dans le cadre de la nouvelle Politique de défense du Canada, dévoilée l’an dernier. Les partenaires intéressés peuvent maintenant postuler pour obtenir du financement du ministère.

Le gouvernement a déterminé pour une première étape 16 « défis » en matière de défense et de sécurité, qui incluent aussi la surveillance des médias sociaux, la navigation sans GPS et l’identification d’objets volants.

Le précédent gouvernement conservateur avait misé sur des investissements dans le complexe militaro-industriel canadien pour l’aider à conquérir de nouveaux marchés dans le monde.

Mais des responsables ont expliqué, dans une séance d’information technique, que les sommes annoncées par le gouvernement libéral ne sont pas destinées précisément à ces initiatives. Elles visent davantage à aider les militaires à trouver plus rapidement des solutions — mais tout avantage commercial sera le bienvenu.

L’industrie de la défense a connu plusieurs ratés au cours des dernières années, dont des ententes commerciales controversées au chapitre des droits de la personne. On songe notamment au contrat de 15 milliards $ conclu avec l’Arabie saoudite pour la livraison de blindés légers, et la vente d’hélicoptères aux Philippines — finalement annulée par le président Rodrigo Duterte.