Les mairesses de Cantley, Madeleine Brunette, Chelsea, Caryl Green, et Pontiac, Joanne Labadie, ont lancé la campagne Ensemble on collecte.

Trois municipalités s’unissent pour le compostage

Les municipalités de Cantley, Chelsea et Pontiac s’allient pour déployer une campagne de sensibilisation auprès de leurs citoyens en vue du lancement du service de collecte porte-à-porte des matières organiques, prévu en 2019.

Dévoilée lundi, la campagne intitulée Ensemble on collecte s’échelonnera sur plusieurs mois et vise à démontrer que ce n’est qu’avec la collaboration de tout un chacun que pourront être atteints les objectifs fixés par Québec concernant la réduction de l’enfouissement des déchets. La Politique québécoise de gestion des matières résiduelles prévoit de bannir les matières organiques de l’élimination d’ici 2020.

La promotion s’effectuera sur le web et par l’entremise de dépliants qui seront distribués aux résidents des trois municipalités de la MRC des Collines-de-l’Outaouais.

La collecte des matières compostables s’amorcera le 1er janvier prochain à Cantley et Chelsea, tandis qu’elle sera enclenchée en juin à Pontiac. Des bacs de 120 litres, dont le coût d’acquisition unitaire avoisine les 45 $, seront distribués à quelque 11 000 portes.

La logistique de la collecte porte-à-porte sera propre à chaque municipalité. Cantley, par exemple, envisage une collecte toutes les semaines en été et toutes les deux semaines (alternée avec la collecte des ordures ménagères) pour le reste de l’année.  Il en est de même pour les matières recyclables.

La nouvelle collecte porte-à-porte devrait permettre dès ses débuts de réduire de 1500 à 2000 tonnes métriques la quantité de déchets produits dans ces trois municipalités, souligne-t-on. D’ici deux ans, la cible à atteindre pour l’ensemble du territoire de la MRC est de 5000 tonnes métriques. Les matières organiques seront transportées au poste de transbordement de la MRC, à Val-des-Monts.

« On fait un pas de plus dans la lutte contre les changements climatiques, c’est une question de valeurs. [...] On va faire de notre mieux pour atteindre les objectifs », a lancé la mairesse de Chelsea et préfète de la MRC, Caryl Green.

Selon cette dernière, bien qu’une « période de transition » sera nécessaire pour s’assurer que les gens modifient leurs habitudes, bon nombre de résidents pratiquent d’ores et déjà le compostage par leurs propres moyens à la maison, si bien que la collecte en bordure de rue deviendra simplement un « outil complémentaire » pour maximiser la réduction des déchets.

« Beaucoup de gens font du compostage domestique mais beaucoup de produits ne peuvent pas être mis dans leur compost, comme des boîtes de pizza, la volaille, le poisson. Alors en ce moment toutes ces matières se retrouvent dans le bac de déchets. Ils ne peuvent prendre que les fruits et légumes », indique Mme Green.

Pour l’instant, le compostage ne sera pas obligatoire comme c’est le cas depuis la mi-juillet à Gatineau.

La première année du projet sera consacrée d’abord et avant tout à la sensibilisation, affirme-t-elle, tout en soulignant que des mesures contraignantes pourront à plus long terme être imposées aux récalcitrants. Il reviendra à chacune des municipalités concernées de décider quelle forme celles-ci prendront.

Les quatre autres municipalités de la MRC, comme Val-des-Monts et La Pêche, ne se sont pas jointes à la campagne commune car elles privilégient une autre approche. Leur territoire étant plus vaste, l’option d’une collecte porte-à-porte dès le début s’avère plus dispendieuse, a-t-on expliqué.