Ensemble, les trois hebdomadaires régionaux acquis en Outaouais sont distribués à près de 115 000 exemplaires.

Trois hebdos de l’Outaouais vendus

Les trois journaux de TC Média en Outaouais changent de mains. Le Groupe Lexis Média inc, un éditeur de magazines indépendant basé sur la rive sud de Montréal, s’est porté acquéreur des hebdomadaires La Revue, Le Bulletin et La Petite-Nation, en plus de leurs sites web respectifs.

La nouvelle, accueillie avec soulagement, est tombée mardi pour la vingtaine d’employés qui œuvrent dans le trois publications de la région. 

Il faut dire qu’une certaine incertitude planait depuis quelques mois sur les hebdomadaires régionaux de Transcontinental, car l’entreprise avait annoncé en avril qu’elle mettait en place un processus visant à vendre 93 journaux au Québec et en Ontario.

Le Groupe Lexis Média, qui a vu le jour en 2008 et dont le siège social est sis à St-Bruno-de-Montarville, détient les magazines Mieux être, Moi Parent, Homme et Maternité. Les propriétaires de l’entreprise de presse sont les hommes d’affaires Frédéric Couture et Elie Akoury. 

Il se porte également acquéreur de neuf autres journaux, tous basés en Abitibi-Témiscamingue et dans Lanaudière. Dans le lot, on compte entre autres L’Action, Hebdo Rive Nord et L’Écho Abitibien. 

Même si des réductions d’effectifs ont été faites jusqu’à tout récemment, avant que la transaction soit officialisée, le président de l’entreprise, Frédéric Couture, assure qu’aucune perte d’emploi n’est à prévoir. 

« Ceux qui étaient déjà là vont demeurer en poste. Personne ne perdra son emploi. Je pense que c’est une bonne nouvelle pour ces équipes-là avant les Fêtes », lance-t-il, soutenant que l’entreprise s’intéressait à des marchés régionaux hors de Montréal qui ont « une viabilité et une croissance prometteuse à moyen et long terme ». 

Ensemble, les trois hebdomadaires régionaux acquis en Outaouais sont distribués à près de 115 000 exemplaires. 

Alors que les médias écrits ont entamé un important virage numérique et que plusieurs remettent en question l’avenir de la version papier, M. Couture voit quant à lui le futur d’un œil différent. Il croit que bon nombre de gens sont encore un grand sentiment d’attachement envers ce type de média. 

« L’avenir passe par le papier, moi je suis un gars de papier. C’est certain qu’il a eu mauvaise presse ces derniers temps et certains journaux ont complètement migré vers le web. Mais avec le Publisac, on considère que c’est le meilleur véhicule pour rejoindre les gens en région, avec tout le phénomène des fake news sur Internet », affirme-t-il. Je crois encore à cette industrie-là, surtout quand c’est fait dans de bonnes conditions, avec une bonne équipe et qu’on focalise sur le bon marché. La presse écrite a encore sa place. Le web va être un support au reste », affirme-t-il. 

M. Couture soutient qu’il compte travailler fort pour « redonner les lettres de noblesse » à ces publications.

Par communiqué, Transcontinental indique que 75 employés sont visés dans les 12 publications concernées et que ceux-ci seront transférés chez Groupe Lexis Média. L’entreprise ajoute avoir conclu une entente pluriannuelle pour l’impression et la distribution de l’ensemble de ces titres, ainsi que pour l’impression des magazines déjà détenus par Lexis Média inc. C’est donc dire qu’ils continueront d’être distribués chaque semaine à toutes les portes par l’entremise du Publisac.

Le montant de la transaction n’a pas été dévoilé. À la suite de l’acquisition, les trois journaux de l’Outaouais changeront également de logo.