Le pont Alexandra serait fermé pendant trois ans, selon les plans de la CCN.
Le pont Alexandra serait fermé pendant trois ans, selon les plans de la CCN.

Trois ans sans pont Alexandra

Mathieu Bélanger
Mathieu Bélanger
Le Droit
La volonté du gouvernement fédéral de démolir et reconstruire le pont Alexandra, vieux d’un siècle, est connue depuis que Le Droit en a révélé l’existence, plus tôt cet automne.

On apprend cependant, à la lecture du nouvel appel d’offres de la Commission de la capitale nationale (CCN) pour l’élaboration d’un plan intégré à long terme de transport, que la région sera privée de ce lien interprovincial névralgique pendant environ trois ans.

Dans la partie réservée au contexte de la planification, la CCN rappelle que le pont des Chaudières et le pont Alexandra feront l’objet d’importants travaux de réfection au cours des prochaines années.

«Le pont Alexandra sera fermé pour permettre de le remplacer au cours de la prochaine décennie pour une période d’environ trois ans, ce qui aura des répercussions sur les habitudes de déplacement régionales», peut-on y lire.

Il est aussi question du pont Prince-de-Galles, dont la Ville d’Ottawa est propriétaire. Il est stipulé dans le document d’appel d’offres que les villes de Gatineau et Ottawa «envisagent de convertir ce pont pour les déplacements non motorisés, le transformant en pont piétonnier et cyclable».

Les plans piétonniers et cyclables de la Ville d’Ottawa et le plan de déplacements durables de la Ville de Gatineau devant d’ailleurs être intégrés aux analyses réalisées par le consultant qui sera retenu par la CCN.