Manuela Teixeira, présidente du conseil d'administration de Tourisme Outaouais

Tourisme Outaouais vante le projet de Wakefield

Tourisme Outaouais se préoccupe de l'opposition autour du projet d'aménagement des berges dans le village de Wakefield et estime que la région « ne peut se permettre de perdre » la subvention de près d'un demi-million de dollars que le gouvernement fédéral lui a accordée.
Dans une courte lettre ouverte publiée vendredi dans les pages du Droit, la présidente de Tourisme Outaouais, Manuela Teixeira, déplore que « les arguments entourant l'effet bénéfique de ce projet qui en découlerait pour La Pêche ont été quasi absents du débat » ayant cours dans la municipalité.
À l'origine, un règlement d'emprunt de près de 400 000 $ remboursable sur 25 ans avait été proposé et adopté à majorité. Près de 700 personnes ont toutefois signé un registre pour demander au conseil municipal de consulter les citoyens.
Le 6 février dernier, un compromis a mené à l'adoption d'avis de motions prévoyant que La Pêche emprunterait 200 000 $ remboursable sur 15 ans par le fonds général de la municipalité. Un autre montant de 80 000 $ proviendrait au budget du secteur de Wakefield, tandis qu'une somme de 99 000 $ remboursable sur cinq ans viendrait de la division municipale des parcs et terrains de jeux.
En entrevue, Manuela Teixeira dit espérer que cette nouvelle version du plan de financement passera.  
« S'il y a un registre et que ça mène à un référendum, ça signifie une dépense de 50 000 $ », souligne-t-elle.
La présidente de Tourisme Outaouais souhaite que les résidents de La Pêche considèrent les retombées globales - comme la création d'emplois - du projet d'aménagement de trottoirs et de quais flottants sur les berges de la rivière Gatineau. « On ne réalise pas tout l'impact collatéral que ça peut avoir, dit-elle. Nous, en tant qu'industrie, on doit le dire que c'est bon, non seulement pour les entreprises des environs, mais aussi pour tout le monde. »
L'obtention d'une subvention de 479 000 $ du gouvernement fédéral dans le cadre du Programme d'infrastructure communautaire de Canada 150 doit aussi être considérée, estime Mme Teixeira, puisque « c'est rare » que la région à accès à des fonds d'une telle ampleur.