Parlant de météo capricieuse, Tourisme Outaouais ne nie pas que les statistiques sur le taux d'occupation ont pu être faussées par le fait que plusieurs dizaines de sinistrés des inondations du printemps dernier ont été hébergés dans des chambres d'hôtel et de motel à la suite de l'intervention de la Croix-Rouge, particulièrement en mai.

Tourisme Outaouais: un été gris mais record

Si l'été 2017 ne passera assurément pas à l'histoire météorologiquement parlant dans la région, du moins pas pour les bonnes raisons, il restera toutefois dans les annales comme une saison record pour Tourisme Outaouais, qui enregistre une hausse marquée de l'achalandage.
Au chapitre du taux d'occupation des établissements d'hébergement, la région a considérablement amélioré ses statistiques de mai à juillet, passant de 64,4% en 2016 à 69,3% pour la même période cette année. En zone urbaine, le taux dépassait la barre des 80%. Pendant ce temps, la moyenne provinciale se chiffrait à 67%.
En mai, la région (69,5%) a même surpassé Québec (64%), terminant au troisième rang du podium, derrière Laval (89%) et Montréal (83%). Pour la même période l'an passé, 60% des chambres étaient réservées.
Parlant de météo capricieuse, Tourisme Outaouais ne nie pas que les statistiques sur le taux d'occupation ont pu être faussées par le fait que plusieurs dizaines de sinistrés des inondations du printemps dernier ont été hébergés dans des chambres d'hôtel et de motel à la suite de l'intervention de la Croix-Rouge, particulièrement en mai. 
« C'est un bon point, car ça a effectivement pu avoir un impact, plusieurs hôtels ayant contribué à l'aide aux sinistrés. On n'a pas de données précises à ce sujet, mais je ne crois pas que ça ait eu un impact significatif, j'ai certaines réserves. On parle quand même d'une augmentation de 9% en mai et de 7% en juin, alors on doit aussi tenir compte des échos du milieu. Les gens nous disent qu'il y avait une sorte de pré-2017 », indique la directrice générale de l'organisation, France Bélisle. 
Par ailleurs, la proportion de visiteurs en provenance de l'Ontario et de Montréal, deux marchés cibles de Tourisme Outaouais, s'est accrue respectivement de six et de trois points de pourcentage, atteignant 16% et 13%, tandis que le nombre de visiteurs ayant fréquenté les kiosques d'information touristique a bondi de 144% en juillet. 
La présidente de l'organisation, Manuela Teixeira, jubilait en analysant les diverses données du bilan dévoilé mardi, se disant fière que l'industrie ait pu répondre aux attentes des gens en cette année de célébrations du 150e de la Confédération. 
« On est vraiment heureux de voir les résultats car on a travaillé sur tous ces projets pendant plusieurs mois. Il y avait des attentes par rapport à 2017 et même si la météo nous a souvent joué des tours, tous ces événements nous ont permis de pallier à ces petits problèmes. Alors qu'on planifie de plus en plus ses vacances à la dernière minute, ces chiffres-là viennent prouver que beaucoup de gens avaient prévu à l'avance de venir faire un tour dans la région », affirme-t-elle. 
Lors d'un coup de sonde effectué par Tourisme Outaouais auprès de ses membres en août, 85% d'entre eux ont qualifié leurs résultats estivaux de bons, très bons ou même exceptionnels. 
L'industrie touristique et les paliers de gouvernement ont osé prendre des risques qui, au final, ont rapporté gros, souligne-t-elle, citant en exemple l'exposition MosaïCanada 150, qui va accueillir d'ici quelques jours son millionième visiteur. 
« On a tous ramé dans le même sens et ça a donné de beaux résultats. Ce qu'on vient dire à tout le monde, c'est qu'investir dans la région, ça donne des résultats. Si on ne risque rien, on ne gagne rien », s'exclame-t-elle. 
Le sentier culturel, une ligne rouge qui mène les gens jusqu'au centre-ville de Gatineau, fait aussi partie des bons coups, souligne Mme Teixeira, car les restaurateurs de ce secteur ont vu leur chiffre d'affaires augmenter de 20% à 55% en juillet. Les données d'août ne sont pas encore compilées, mais le spectacle VOLTA du Cirque du Soleil a attiré les foules au centre-ville, ajoute-t-elle. 
Le Musée canadien de l'histoire, de son côté, a révélé mardi que près de 700 000 personnes ont franchi ses portes du 1er mai au 30 août, une hausse de 24% en comparaison avec 2016. Uniquement pour juillet, l'accroissement se chiffre à 48%.
La ministre responsable de l'Outaouais, Stéphanie Vallée, a qualifié d'« extraordinaire » ce bilan, affirmant que les efforts mis de l'avant pour mettre en place une programmation estivale riche ont porté leurs fruits malgré les aléas de dame Nature.