Une dizaine de roulottes ont subi des dégâts qui les rendent inutilisables, dont celle-ci.

Tornade à Lac-aux-Sables: «on a eu une bonne frousse» [PHOTOS]

LAC-AUX-SABLES — Des arbres déracinés et décapités, des roulottes fracassées et une renversée, ainsi que de nombreux auvents arrachés: voilà ce qu’a laissé derrière elle la tornade de force 1 qui a traversé Lac-aux-Sables, mardi soir. Mercredi matin, la vie tentait de reprendre son cours au Camping Lac-aux-Sables, qui a été traversé par le phénomène météorologique aussi violent que bref. Les vacanciers se promenaient dans les allées du camping, téléphone en main pour prendre des images de la dévastation, également pour prendre des nouvelles des campeurs les plus durement touchés.

«Ça a fait un énorme vacarme, comme si un jet passait à côté, raconte Nicolas Aubut. Il y a une roulotte qui a été emportée par le vent et projetée contre une autre, de l’autre côté de l’allée du camping. À trois roulottes près, c’était nous. C’était épeurant. On a retrouvé des poêles en fonte sur l’allée, où ma fille marchait juste avant que la tornade passe. Elle aurait pu en recevoir une sur la tête.»

Trois personnes ont subi des blessures mineures à cause de la tornade et des débris qu’elle a traînés et projetés dans son sillage. Parmi celles-ci, un homme aurait été entraîné par la toile de son auvent avant de s’arrêter contre une clôture de bois. Sa conjointe, toujours sous le choc, n’a pas souhaité parler au Nouvelliste. «Elle a eu de la chance: elle est sortie de la roulotte, et celle-ci est partie juste après», raconte M. Aubut.

Nicolas Aubut était aux premières loges pour voir la tornade à l'oeuvre.

Attestant de la violence du vent, des traces étaient visibles à côté de la camionnette à laquelle était encore attachée la roulotte emportée. Avant d’être séparé de cette dernière, le véhicule a été déplacé de quelques pouces, arrachant l’herbe et la terre au passage.

Un autre vacancier était seul à son site de camping, avec son fils, alors que le reste de ses proches étaient à la salle communautaire lorsque la tornade a frappé. Il était à l’extérieur de sa roulotte lorsqu’il a vu arriver la colère de Dame nature droit sur le camping.

«J’ai vu ça arriver du champ, explique-t-il. Un des poteaux de mon auvent a arrondi et j’ai eu toute la misère du monde à fermer la porte de ma roulotte. Je suis tout de suite allé rejoindre mon fils, qui était dans le bain, et je me suis dit: advienne que pourra. On a eu une bonne frousse.»

Deux personnes se trouvaient sur la jetée municipale lorsque la tornade s’est dirigée vers le lac. Par chance, elles ont pu s’abriter derrière des bacs à fleurs, assez lourds pour ne pas s’envoler, et s’y agripper.

«J’ai vu des auvents déchirés dans les airs et un poteau électrique voler vers nous, raconte Michel Thiffeault. J’ai voulu me coucher derrière le bac à fleurs, mais il y a comme un espace de six pouces par lequel les débris pouvaient passer, alors j’ai relevé la tête. On a reçu des cocottes de pin qui nous ont pincés et mon chum a reçu quelque chose qui lui a éraflé la jambe. À un moment, je me suis même senti lever dans les airs, pendant deux ou trois secondes.»

Michel Thiffeault a failli être emporté, alors qu'il était sur la jetée du lac.

Annulations au camping

Au total, 14 roulottes et motorisés ont été jugés trop endommagés pour que leurs occupants puissent y retourner, selon les autorités. De plus, mercredi matin, le tiers des emplacements du camping n’avaient pas encore de courant, ce qui a incité plusieurs campeurs à quitter l’endroit. D’autres ont préféré partir pour aller faire réparer leur équipement.

«Je m’en vais: ma roulotte est toute croche et je n’ose pas ouvrir mon propane», a confié un campeur au Nouvelliste. Il était d’ailleurs attablé avec six autres personnes à côté de la roulotte emportée par le vent. «On a été chanceux de ne pas être écrasés en dessous, si elle avait versé sur nous», témoigne-t-il.
Ce sont d’ailleurs plus les annulations de clients que les dégâts à leurs infrastructures qui risquent de faire mal au portefeuille des propriétaires du camping. 

Outre le quai, qui a été renversé, les dégâts matériels aux installations de l’endroit se limitent à des bris de panneaux électriques et des tuyaux de raccordement à l’eau arrachés.

«Le restaurant est encore fermé aujourd’hui (mercredi), mais on devrait être en opération quasi normale demain (jeudi)», assure Sylvain Robert, copropriétaire du Camping Lac-aux-Sables, qui craint les répercussions de cet événement sur son chiffre d’affaires, surtout en pleines vacances de la construction.

Ce dernier a d’ailleurs été chanceux dans sa malchance: son ponton, amarré au quai, s’en est détaché et est parti à la dérive lorsque la tornade est passée. 

«Quelqu’un qui était sur le quai à ce moment-là m’a dit qu’il a vu la tête d’un arbre tomber juste à côté, dans l’eau, relate M. Robert. Il était certain qu’elle allait tomber dessus.»

Le Nouvelliste n’a pas pu se rendre jusqu’aux rives du lac, l’accès étant compris dans un périmètre de sécurité inaccessible au public. Toutefois, selon la Sécurité publique, de nombreux débris jonchaient les berges.

Sylvain Robert, copropriétaire du Camping Lac-aux-Sables.

900 personnes évacuées

La dévastation s’est poursuivie dans le village, puisque la tornade a traversé le camping pour se diriger vers le lac. Au passage, elle a arraché d’autres arbres, les envoyant sur des résidences et des voitures. Une dizaine de résidences ont été endommagées, sur les rues Pronovost et Sainte-Marie. Au total, les autorités ont évacué 900 personnes, campeurs et résidents, mardi soir. Elles ont pour la plupart pu réintégrer leur domicile ou leur terrain de camping, mais les propriétaires d’au moins deux résidences n’avaient pas encore pu retourner chez elles mercredi, en début d’après-midi.

Outre les dégâts aux propriétés, les résidents des deux rues touchées étaient toujours privés de courant et de télécommunications, mercredi. En effet, six poteaux électriques ont été arrachés et leurs fils ont été sectionnés. Ces derniers se sont d’ailleurs retrouvés dans le lac, certains à 200 mètres de la rive. Des équipes d’Hydro-Québec, épaulées par des émondeurs, s’activaient dans la journée, mercredi, à replanter ces poteaux. Le périmètre de sécurité érigé par les autorités l’a d’ailleurs été pour leur permettre de travailler en toute quiétude, indique la Sécurité civile.

Le rétablissement du courant par Hydro-Québec s’est effectué en soirée, mercredi, pour la plupart des adresses qui étaient privées d’électricité. Cependant, des employés de la compagnie devaient se rendre sur les lieux pour inspecter les installations de quelque huit adresses ayant été endommagées avant de leur redonner officiellement accès à l’électricité.  

Le maire de Lac-aux-Sables, Yvon Bourassa, est du nombre des sinistrés. S’il a voulu garder pour lui l’évaluation des dégâts sur sa demeure, il dit ignorer à combien pourraient se chiffrer ceux subis par ses concitoyens et les campeurs. Une résidente de la rue Pronovost a pour sa part indiqué au Nouvelliste que la facture chez elle s’élèverait probablement à 25 ou 30 000 $.

Intervention rapide

Malgré l’ampleur de la crise, M. Bourassa juge que la réponse des différents services d’urgence et de soutien a été rapide. «Je n’étais pas là quand c’est arrivé, ma femme m’a appelé pour me prévenir. À mon arrivée, les pompiers étaient déjà appelés, Hydro-Québec aussi. Dès que j’ai vu l’ampleur des dégâts, on s’est séparé la tâche d’appeler tout le monde qu’il fallait, ma directrice générale et moi. Tout le monde a fait un très bon travail. Les gens qui ont été accueillis au centre d’hébergement temporaire avaient accès à de la nourriture, des boissons, et même à des jeux de société et des jeux de cartes, puisque la bibliothèque est située dans le sous-sol. Je suis très satisfait de la réponse de tout le monde.»

Sylvain Robert abondait dans le même sens, mercredi matin. «Les intervenants ont vraiment bien agi, rapidement, ils ont tout pris en charge», confirme-t-il.
Il reste maintenant à voir si les assurances sauront faire preuve d’autant de diligence, alors que de nombreuses personnes étaient au téléphone, mercredi matin, pour faire leur réclamation.

Quoi faire à l’approche d’une tornade?

Il est extrêmement difficile de se préparer efficacement à une tornade, puisque, comme le montre le cas de Lac-aux-Sables, il s’agit d’un phénomène qui peut arriver subitement et se déplacer très vite.

«Si on est dans une maison, il faut descendre au sous-sol. Mais si on est pris au dépourvu, il faut s’agripper à quelque chose de solide», explique Sébastien Doire, directeur régional de la Sécurité civile.

«Le plus dangereux, ce sont les projectiles, ajoute M. Doire. Il faut essayer de se protéger pour les éviter.»


D’autres dégâts

Les vents violents ont aussi touché d’autres municipalités dans la région, mardi soir, en plus de Lac-aux-Sables. 

La Sécurité civile a confirmé que Hervey-Jonction, située à moins de 10 km de Lac-aux-Sables, a aussi subi quelques dégâts. «On a eu la confirmation que de forts vents ont endommagé légèrement quelques demeures, quelques heures avant Lac-aux-Sables, indique Sébastien Doire, directeur régional de la Sécurité civile. Mais ce n’est pas comparable à ce qui s’est produit à Lac-aux-Sables. Ça n’a pas entraîné de blessés ou de dommages majeurs.»

Le Centre-du-Québec a aussi été balayé par de forts vents, allant jusqu’à 90 km/h par endroits. La Sécurité civile a recensé quelques dégâts à Tingwick, causés par des arbres cassés ou déracinés.