Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
William Commanda est décédé en 2011.
William Commanda est décédé en 2011.

Toponymie d'Ottawa: un doublé pour William Commanda

Julien Paquette
Julien Paquette
Le Droit
Article réservé aux abonnés
L’ancien chef des Anishinabeg de Kitigan Zibi, William Commanda, trouverait sa place deux fois plutôt qu’une dans la toponymie de la capitale fédérale.

Le conseil municipal a adopté mercredi la proposition du conseiller de Rideau-Rockcliffe, Rawlson King, qui souhaitait modifier le nom de l’avenue Langevin afin qu’elle devienne la voie Commanda. Un peu comme le gouvernement du Canada qui a modifié le nom de l’édifice Langevin en 2017 — situé au centre-ville d’Ottawa — afin qu’il devienne le «Bureau du Premier ministre et du Conseil privé», M. King soulignait dans sa motion que ce changement représente un geste de réconciliation avec les Premières Nations.

«L’avenue Langevin a été nommée d’après Hector-Louis Langevin, l’un des Pères de la Confédération ayant participé à la création du système de pensionnats autochtones, qui forçait le retrait des enfants autochtones de leur famille et détruisait leur identité et leur culture», écrit l’élu de Rideau-Rockcliffe dans sa motion adoptée par le conseil mercredi.

Durant son discours sur l’état de la Ville mercredi matin, le maire d’Ottawa, Jim Watson, a également annoncé son intention de rebaptiser le pont Prince-de-Galles afin qu’il devienne le pont Chef-William-Commanda.

En conférence de presse, M. Watson a expliqué que la Ville négocie actuellement avec les gouvernements provincial et fédéral afin de financer le projet de rénovation de l’infrastructure afin qu’elle devienne un lien piétonnier et cycliste entre Ottawa et Gatineau.

Le pont Prince-de-Galles

«Nous avons besoin d’entre 11 et 12 millions $ pour améliorer le pont entre Ottawa et Gatineau, indique Jim Watson. Nous sommes en train de finir les négociations et nous sommes prêts à commencer la construction dès cette année et j’espère que ce sera fini à la fin de l’année ou au début de 2022.»

Rappelons que la réparation du pont Prince-de-Galles pour le transport actif était une promesse de la députée d’Ottawa-Centre et ministre de l’Infrastructure et des Collectivités, Catherine McKenna, lors de la dernière campagne électorale fédérale.

À LIRE AUSSI : Les libéraux veulent réparer le pont Prince-de-Galles