Jonathan Vance défend aussi la façon dont les commandants ont réagi lorsque les allégations contre M. Williams ont fait surface.

Tiger Williams: Vance promet d’aller au fond des choses

Le chef d’état-major de la défense, le général Jonathan Vance, promet d’aller au fond des choses concernant des événements qui seraient survenus pendant une tournée Équipe Canada, mais il dit n’avoir jamais été informé de problèmes généralisés lors de ces visites de maintien du moral de l’armée.

Le programme canadien est en disgrâce depuis que la police militaire a accusé l’ancien joueur de hockey Tiger Williams plus tôt ce mois-ci pour avoir agressé sexuellement une hôtesse de l’air qui était sur un avion militaire pendant une tournée de la Lettonie en décembre.

Depuis ce temps, plusieurs médias ont rapporté que lors de ces missions, les participants avaient l’habitude de faire la fête et de consommer de l’alcool de façon excessive. Dans le cadre de ce programme, des vedettes du sport et du divertissement sont déployées à l’étranger pour rencontrer les troupes canadiennes à l’étranger.

Le général Vance a annoncé qu’en plus d’interdire l’alcool dans toutes les autres tournées, il suspendait le programme temporairement jusqu’à ce qu’il puisse déterminer ce qui devrait être corrigé.

Or, selon lui, le portrait présenté par les médias n’est pas exact et il voudrait que le programme se remette en marche aussi tôt que possible, en raison de ses bienfaits sur les militaires.

Jonathan Vance défend aussi la façon dont les commandants ont réagi lorsque les allégations contre M. Williams ont fait surface, soulignant que l’enquête subséquente avait été «rapide comme l’éclair».

Cela démontre selon lui que l’armée prend au sérieux la lutte contre l’inconduite sexuelle.

L'ARMÉE VEUT RÉGLER DES RECOURS COLLECTIFS À L'AMIABLE, DIT SAJJAN

L’armée canadienne souhaite régler à l’amiable plusieurs recours collectifs intentés par certains de ses membres, a dit le ministre de la Défense Harjit Sajjan.

Il a expliqué que les plaignants - qui poursuivent l’armée pour harcèlement sexuel, racisme, harcèlement et discrimination - ont accepté de suspendre leurs poursuites.

En échange, le gouvernement renonce à contester les recours collectifs et cherchera à régler le tout à l’amiable.

Le ministre a dit espérer que des règlements permettront aux plaignants de passer à autre chose.

L’armée met en lumière ses efforts pour combattre le harcèlement et les comportements sexuels inappropriés dans ses rangs.

M. Sajjan a dit que des officiers supérieurs admettent l’existence du problème et qu’ils s’affairent à créer un environnement de travail sécuritaire pour tous et à épauler les victimes.