Denis Tassé a dénoncé le «refus obstiné» du maire Maxime Pedneaud-Jobin de présenter des excuses à la famille Gagné.
Denis Tassé a dénoncé le «refus obstiné» du maire Maxime Pedneaud-Jobin de présenter des excuses à la famille Gagné.

Tassé lance une charge contre Action Gatineau

Mathieu Bélanger
Mathieu Bélanger
Le Droit
Denis Tassé s’est permis une charge à fond de train contre le maire sortant et son parti mercredi. Le candidat indépendant à la mairie de Gatineau accuse Maxime Pedneaud-Jobin et sa formation politique d’«arrogance» et de «manque de respect», deux défauts qui, selon lui, caractérise Action Gatineau et son chef «depuis le début du présent mandat».

Le maire Pedneaud-Jobin n’a pas tardé à déplorer le «ton agressif» adopté par son adversaire. «Les citoyens de Gatineau méritent mieux qu’une campagne électorale négative», a-t-il affirmé.

M. Tassé a dénoncé le «refus obstiné» du maire de présenter des excuses à la famille Gagné du 35, rue Marcotte, qui estime avoir été traitée injustement par l’administration municipale. Le maire sortant a rétorqué qu’il s’est engagé à fournir des excuses publiques à la famille Gagné si la Ville devait être trouvée coupable dans ce dossier.

Le candidat Tassé a aussi accusé la conseillère Myriam Nadeau d’avoir eu une «position méprisante» en demandant, mardi, de retarder de 30 jours un changement de zonage pour permettre à un concessionnaire automobile de venir s’installer dans une plaine inondable. Le maire a rappelé qu’il s’agissait d’«un simple principe de précaution vis-à-vis des besoins des sinistrés.»

La dernière flèche de M. Tassé a été dirigée vers le conseiller Cédric Tessier qu’il accuse de verser dans l’«arrogance» en critiquant l’étude d’Aviseo conseil qui a été commandée par des promoteurs immobiliers et qui conclut qu’une désignation patrimoniale dans le Quartier du Musée serait «néfaste pour l’économie de la Ville.» M. Pedenaud-Jobin appuie totalement son candidat dans le centre-ville et remet lui aussi en question la validité de l’étude d’Aviseo. «Il y a deux erreurs grossières qui compromettent les résultats et la rigueur du document», affirme le maire. De fait, l’étude se base sur les retombées de trois projets, dont un, celui du Four Points est déjà accepté par la Ville, et un autre, du Groupe Dormani, qui n’a jamais été présenté à la Ville.