Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Une école bombardée en Syrie, en 2016.
Une école bombardée en Syrie, en 2016.

Syrie: plus de la moitié des enfants privés d’école

AFP
Agence France-Presse
Article réservé aux abonnés
AMMAN - La majorité des enfants syriens sont privés d’école en raison de la guerre qui ravage le pays depuis près de dix ans et de la pandémie de nouveau coronavirus, s’est alarmé dimanche le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef).

«En Syrie, plus de 2,4 millions d’enfants sont non scolarisés», ont assuré dans une déclaration commune Ted Chaiban, le directeur régional de l’Unicef pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, et Muhannad Hadi, le coordinateur humanitaire régional de l’ONU pour la crise syrienne.

À ceux-là s’ajoutent les 700.000 jeunes syriens réfugiés dans les pays voisins et qui ne vont pas à l’école non plus, a précisé à l’AFP Juliette Touma, porte-parole régionale de l’Unicef, portant à 3,1 millions le nombre d’enfants syriens non scolarisés, sur un total de cinq millions.

L’année dernière, l’agence onusienne estimait qu’un enfant syrien sur trois était déscolarisé.

«Ce nombre a probablement augmenté en 2020 en raison de l’impact de la pandémie de Covid-19, qui a accru la désorganisation du système éducatif», insistent MM. Chaiban et Hadi à l’occasion de le journée internationale de l’éducation.

Selon eux, «le système éducatif en Syrie est surchargé, sous-financé, fragmenté et incapable de fournir des services équitables et durables à des millions d’enfants».

Selon l’Unicef, une école sur trois en Syrie est inutilisable car elle a été détruite, endommagée ou utilisée à des fins militaires.

Quand les enfants peuvent s’y rendre, ils se retrouvent dans des classes surchargées et dans des bâtiments ne disposant pas d’installations suffisantes en eau, en électricité ou en chauffage.

L’Unicef appelle les combattants à s’abstenir d’attaquer les établissements scolaires et leur personnel. «Près de 700 attaques ont visé des établissements d’enseignement en Syrie» depuis 2014. «L’année dernière, 52 attaques ont été confirmées».

Déclenchée en 2011 par la répression sanglante de manifestations prodémocratie, la guerre en Syrie a fait plus de 380 000 morts et entraîné le déplacement de millions de personnes.