Ce week-end, Carol Pilon (en haut) marchera dans les airs devant ses proches. Elle fera équipe avec la pilote californienne Melissa Pemberton.
Ce week-end, Carol Pilon (en haut) marchera dans les airs devant ses proches. Elle fera équipe avec la pilote californienne Melissa Pemberton.

Sur les ailes... d'un avion

Patrick Duquette
Patrick Duquette
Le Droit
Carol Pilon ressent un immense sentiment de liberté lorsqu'elle marche sur les ailes de son avion en plein en vol.
La jeune femme de Masham est sans doute l'une des seules, sinon la seule Canadienne à accomplir de telles prouesses.
Voilà déjà une dizaine d'années que cette blonde élancée, à la chevelure flamboyante, trimballe son numéro de «wing walker» aux États-Unis et au Canada.
Et ce week-end, pour la première fois de sa carrière, elle aura l'occasion d'accomplir ses exploits devant ses proches. La «Reine de l'air» est l'une des vedettes du spectacle aérien à l'aéroport de Gatineau.
Comme les «wing walkers» de l'entre-deux-guerres, elle se déplace d'une aile à l'autre, en plein vol, pendant que l'avion multiplie les loopings, les tonneaux et les virages serrés.
La jeune femme, qui carbure à l'adrénaline, affirme ne pas ressentir la peur. «C'est la liberté pure et simple là-haut. C'est le pilote, c'est moi, c'est l'avion. Le ciel nous appartient. Rien au monde n'égale cette sensation.»
Carol Pilon a ressenti l'appel de l'air vers l'âge de 25 ans, en voyant à l'oeuvre des «wing walkers» à l'aéroport d'Ottawa. «J'ai eu le coup de foudre. Je me suis dit: voilà ce que je vais faire du restant de ma vie. Point final.»
Pendant sept ans, elle a harcelé sans relâche les as de la profession avant que l'un d'eux finisse par accepter de lui enseigner les rudiments du métier.
Elle a commencé à pratiquer sa discipline en compagnie de son mari, un pilote d'avion, qui devait périr dans une collision aérienne quelques années plus tard.
Retenue par un simple filin, Carol se déplace d'une aile à l'autre de son biplan d'un rouge éclatant. Sur la carlingue, trois têtes de mort apparaissent avec l'inscription: «Throttle it up, baby! (Pleins gaz, bébé!)».
À Gatineau, elle fait équipe avec Melissa Pemberton, une jeune pilote californienne de 28 ans. Les deux femmes se sont connues lors d'un spectacle aérien. «On est la seule équipe entièrement féminine au monde», se targue Carol.
En vol, les deux femmes communiquent par signes puisque le bruit du moteur couvre tous les autres sons.
Entre deux exploits aériens, Carol Pilon travaille au supermarché Richelieu de ses parents à Masham. Il lui faut bien gagner sa croûte. Mais elle ne vit que pour sa passion. D'ailleurs, elle n'a pas hésité à s'endetter pour acquérir son propre avion. «Tout ce que je fais dans ma vie, c'est pour devenir wing walker et le demeurer. Je n'ai pas de plan B. Je suis en train de vivre exactement ce que je veux vivre.»
Foule record attendue
Selon les organisateurs du spectacle aérien, MmePilon devrait faire son spectacle quelque part entre 13h et 15h samedi et dimanche.
Les organisateurs comptent sur une météo favorable pour battre leur record d'affluence. Plus de 22000 personnes ont franchi les tourniquets l'an dernier.
Les Snowbirds seront de la fête samedi et dimanche, de même qu'un chasseur CF-18. Des avions d'époque sillonneront le ciel et plus d'une centaine d'appareils seront exposés sur le tarmac.
Les gens peuvent arriver sur le site dès 10h. Les vols débutent à 11h et se poursuivent jusqu'à 16h.
Le coût d'entrée est de 20$ par personne. C'est gratuit pour les 12 ans et moins.