Anne-Rose Lefebvre (droite) a distribué quelque 150 cartes de Noël aux personnes âgées du Foyer du Bonheur en compagnie de son amie Anouk Fraser (gauche) le 23 décembre dernier.

Une tournée de cartes de Noël au CHSLD Lionel-Émond

Anne-Rose Lefebvre, une jeune fille âgée de 11 ans originaire de Gatineau, a mis de la joie dans le cœur d’une centaine de personnes âgées, à l’aube de la veille de Noël.

Accompagnée de ses deux parents et de son amie Anouk Fraser — qui l’a supportée tout au long du projet —, Anne-Rose a pris l’initiative de se rendre au CHSLD Lionel-Émond afin de distribuer quelque 150 cartes de Noël aux personnes âgées le 23 décembre dernier.

Pendant trois heures Anne-Rose et Anouk ont parcouru les cinq étages de l’édifice avec l’aide des infirmières et ont donné leurs cadeaux aux aînés.

« J’ai choisi d’aller là-bas parce que je ne savais pas trop dans quoi je m’embarquais et c’était proche de chez moi, explique la jeune fille d’un ton enthousiaste. »

Anne-Rose a toutefois dû se montrer forte alors qu’elle a vu, par moment, des gens dans des conditions loin d’être évidentes.

« On est tous sortis de là un peu bouleversés parce qu’il y a des choses qui sont plus difficiles à voir. Il y a des patients qui souffrent par exemple de cas d’Alzheimer sévère et qui ne comprenaient pas nécessairement le geste », explique son père Jérémie Lefebvre.

« Parfois, les gens ne comprenaient pas et nous redonnaient la carte, renchérit Anne-Rose. C’est certain que c’est difficile de voir des gens dans cet état-là, mais il ne fallait pas toujours s’attendre à des réponses parce que certaines personnes ne répondaient juste pas. Mais juste de voir leur sourire quand ils recevaient la carte c’était vraiment le fun. »

M. Lefebvre se dit d’ailleurs très impressionné par le geste qu’a posé sa fille.

« Je suis touché et clairement, je suis très impressionné par ma fille, lance-t-il. C’est un projet qu’elle a mené elle-même. Quand on tient les enfants par la main, on peut les amener à faire plein de trucs dans la vie, mais quand ils le font par eux-mêmes c’est particulièrement impressionnant. »

« Ça me donne une petite tape dans le dos comme papa et ça me dit que ma fille a le cœur à la bonne place », ajoute-t-il.

— Et Anne-Rose, est-ce que tu aimerais ça recommencer ce projet la au cours des prochaines années ?

— Oui ! lance-t-elle sans hésitation.