Un adolescent sur quatre boit de l’alcool de façon excessive au Canada

Un ado sur quatre boit de façon excessive

MONTRÉAL — Un adolescent sur quatre boit de l’alcool de façon excessive au Canada, ce qui veut dire cinq verres ou plus en une seule occasion, ressort-il du rapport annuel sur l’état de la santé publique au pays. D’ailleurs, plus de 40 % des élèves de la 7e à la 12e année consomment de l’alcool.

Dans son plus récent rapport, l’administratrice en chef de la santé publique, Theresa Tam, note aussi que les jeunes Canadiens comptent parmi les plus grands consommateurs de cannabis au monde. Près de 20 % des adolescents ont déclaré avoir consommé du cannabis au cours de la dernière année (2016-2017) et, en moyenne, ils en ont pris pour la première fois à l’âge de 14 ans.

Cette année, l’administratrice en chef a choisi de mettre l’accent sur la prévention de la consommation problématique de substances chez les jeunes.

Il existe une interaction complexe de facteurs susceptibles d’inciter les jeunes à consommer des substances, souligne-t-elle.

« Il n’existe pas une cause unique à la consommation problématique de substances chez les jeunes ; il faudra donc obtenir une étroite collaboration parmi de nombreux secteurs de la société pour la prévenir. Une approche globale comprend des restrictions en matière de marketing, une disponibilité plus restreinte, la fourniture de logement stable, une assistance en matière d’éducation et des soutiens en santé sociale et mentale accessibles », tranche-t-elle.

En prenant son image polaroïd de la santé des Canadiens, Mme Tam a aussi souligné à grands traits l’urgence d’agir pour la crise des opioïdes : plus de 8000 personnes sont mortes à cause d’un empoisonnement par opioïdes depuis 2016.

À cet égard, il se peut que la crise liée à ces surdoses entraîne, pour la première fois depuis des décennies, une baisse de l’espérance de vie nationale chez les Canadiens, écrit-elle.

Chez les jeunes

En 2016-2017, 6 % des élèves de la 7e à la 12e année ont signalé avoir consommé des produits pharmaceutiques psychoactifs pour se « geler », comparativement à quatre pour cent en 2014-2015.

Quant au cannabis, près de 5,1 % des jeunes de 15 à 24 ans en 2015 ont déclaré en consommer quotidiennement ou presque au cours des trois mois précédents et 4,6 % en consommaient une fois par semaine.

La substance est légale depuis peu, soit depuis le 17 octobre.

« Je reconnais également qu’en raison du nouveau statut juridique du cannabis, nous devons faire en sorte que les jeunes comprennent que, même si un produit est légal, cela ne signifie pas qu’il est sans danger », souligne la docteure Tam dans sa préface du rapport.