Réfugiés: Toronto appelle à l’urgence

TORONTO — Le maire de Toronto soutient que sans une aide accrue des gouvernements fédéral et provincial, la métropole canadienne ne pourra accueillir davantage de demandeurs d’asile dans son réseau actuel de refuges.

Dans une lettre « urgente » transmise à Ottawa lundi, John Tory lance un appel à l’aide pour soutenir financièrement et physiquement la ville.

Le maire soutient que Toronto a déployé des « efforts héroïques » pour aider les réfugiés à se réinstaller. Mais avec maintenant 3000 demandeurs d’asile dans les refuges municipaux, les structures d’accueil ont atteint leur pleine capacité, selon lui.

M. Tory rappelle que certains réfugiés sont hébergés à l’hôtel, mais que même ce programme exceptionnel est maintenant saturé.

Pour faire face à la crise, environ 600 personnes sont actuellement hébergées dans des dortoirs de collèges, et 200 autres devraient bientôt les imiter. Mais cette mesure exceptionnelle ne pourra être offerte après le 8 août, alors que les collèges se prépareront pour la rentrée scolaire.

Le maire Tory estime que sans un appui accru, la Ville ne pourra plus trouver de nouvelles places pour accueillir les réfugiés.

Selon lui, ni Ottawa ni Queen’s Park n’ont aidé financièrement la Ville à faire face à cet afflux de réfugiés – même si des sommes promises récemment par le gouvernement fédéral devraient être versées sous peu.

LE CANADA DÉPENSE DES MILLIONS POUR AIDER LES IMMIGRANTS ILLÉGAUX

De nouvelles données fédérales permettent de constater que le traitement réservé par le Canada aux migrants illégaux est fort différent de celui auquel ils ont droit aux États-Unis. 

Les chiffres montrent que le Canada a dépensé plus de 5 millions $ en 2017 et pendant la première partie de 2018 pour le logement temporaire, la nourriture et l’eau pour les migrants qui ont traversé le Canada en provenance des États-Unis par le passage non officiel de Saint-Bernard-de-Lacolle, au Québec. 

Une partie de cet argent a également été consacrée aux services de sécurité. 

Les données ont récemment été déposées à la Chambre des communes en réponse aux questions écrites des députés de l’opposition.