Les experts amenés à la barre par les avocats de l’Armée du Salut ont tenté de convaincre le juge que le refuge n’aurait non seulement pas l’impact catastrophique redouté par ses opposants, mais qu’il contribuerait à la revitalisation du chemin Montréal.

Refuge à Vanier: l’Armée du Salut présente ses arguments au tribunal

Après une première semaine d’audiences à entendre les arguments des opposants au projet de refuge à Vanier, c’était au tour des avocats de l’Armée du Salut de faire entendre leurs témoins experts.

Le processus devant le Tribunal d’appel de l’aménagement local (TAAL) s’est poursuivi toute la semaine à l’hôtel de ville d’Ottawa. Contrairement à ce qu’on a pu entendre durant les premiers jours d’audiences — que le projet aurait un impact négatif sur le tissu social et économique de Vanier, notamment pour son importante communauté francophone —, les experts amenés à la barre par les avocats de l’Armée du Salut ont plutôt tenté de convaincre le juge que le refuge n’aurait non seulement pas l’impact catastrophique redouté par ses opposants, mais qu’il contribuerait à la revitalisation du chemin Montréal.

L’expert en sécurité retenu par l’organisme et ex-membre du Service de police d’Ottawa, William Van Ryswyk, a soutenu devant le TAAL que le vandalisme, la prostitution et les crimes liés aux stupéfiants sont plus fréquents à Vanier, mais il espère que le projet de l’Armée du Salut « contribuera à diminuer le taux de criminalité chez les gens qui vivent déjà dans la rue dans ce quartier ».

M. Van Ryswyk a également affirmé que le design du bâtiment est conforme à l’approche Prévention du crime par l’aménagement du milieu (PCAM) qui, lorsque bien appliqué, conduit à une diminution de l’activité criminelle, soutient ce consultant en sécurité.

Le TAAL a également entendu l’expert en urbanisme Miguel Tremblay qui a soutenu que le projet est compatible avec les principaux objectifs du plan secondaire de la Ville d’Ottawa pour le chemin Montréal, soit d’améliorer l’apparence des édifices sur cette artère principale et même l’ajout d’œuvres d’art qui reflètent l’histoire de Vanier.

M. Tremblay a souligné durant son témoignage que l’Armée du Salut compte intégrer à son projet une murale qui rend hommage à la communauté francophone de Vanier.

En entrevue avec Le Droit, le directeur général du Centre Booth de l’organisme qui doit déménager à Vanier, Marc Provost, dit qu’il demeure confiant que sa cause est juste et que ses avocats réussiront à convaincre le TAAL que le projet de refuge tout a été bien fait pour que le projet de refuge soit approuvé par le conseil municipal d’Ottawa.

« Je fais pleinement confiance au processus », soutient M. Provost.