Les membres d’ACORN se sont rendus vendredi devant les bureaux de la ministre Lisa MacLeod, sur le chemin Fallowfield, pour réclamer plus d’aide et de soutien de la part du gouvernement ontarien.

Réforme de l’aide sociale: «On ne demande pas la lune!»

La réforme de l’aide sociale en Ontario, promise par la ministre des Services à l’enfance et des Services sociaux et communautaires Lisa MacLeod, est attendue de pied ferme par les militants d’ACORN.

Les membres de l’Association d’organisations communautaires pour la réforme maintenant ACORN se sont rendus vendredi devant les bureaux de la députée de Nepean, sur le chemin Fallowfield, pour réclamer plus d’aide et de soutien de la part du gouvernement progressiste-conservateur.

« On ne demande pas la lune ! On veut en avoir juste assez pour vivre », soutient Andrew Balenba, membre d’ACORN.

L’organisme craint que la réforme de 100 jours, du gouvernement de Doug Ford, signifie le « jour du Jugement dernier » pour les bénéficiaires de l’aide sociale et du programme ontarien de soutien aux personnes handicapées.

Les membres d’ACORN se sont rassemblés un peu partout en province pour manifester, vendredi. Ils rappellent que les bénéficiaires de l’aide sociale n’ont pas beaucoup de marge de manœuvre dans leur budget personnel.

« Je reçois 850 $ par mois et quand j’ai fini de tout payer il me reste entre 125 et 150 $ dans mes poches pour finir le mois », explique M. Balenba. Ce dernier doit recourir aux services des soupes populaires pour combler ce qu’il ne peut pas s’acheter en nourriture étant donné que le prix des aliments ne cesse d’augmenter.

« Il y a des gens dans des situations pires que la mienne », ajoute-t-il.

Cet été, les conservateurs ont réduit de moitié la hausse de 3 % des prestations d’aide sociale prévue par l’ancien gouvernement libéral.

Les organismes comme ACORN craignent que cette décision oblige les personnes vulnérables à devoir prendre des décisions difficiles lorsque viendra le temps de payer pour les besoins de base comme la nourriture, le logement et les médicaments.

De son côté, la députée de Nepean croit que le système d’aide sociale doit répondre aux besoins de la population.

« La solution prônée par le gouvernement précédent se limitait à débloquer des fonds sans but, sans chercher à régler les problèmes pour aider les gens à sortir de la pauvreté. Les Ontariens et Ontariennes méritent un système qui traite avec dignité les personnes handicapées et qui récompense le travail et l’engagement des bénéficiaires par la confiance et l’encouragement de leur gouvernement », a déclaré par écrit la ministre MacLeod plus tôt cette semaine.

Cette dernière a indiqué que le plan de réforme de l’aide sociale serait dévoilé le 22 novembre prochain.