Autant Santé publique Ottawa que la direction de santé publique du CISSS de l’Outaouais ont émis des mises en garde contre les possibles engelures en raison de ces températures polaires.

Prise 2 pour le froid extrême

L’histoire se répète alors qu’une deuxième vague de froid en moins d’une semaine envahit la région de la capitale fédérale.

Ottawa et Gatineau sont de nouveau sous le coup d’un avertissement de froid extrême. Un refroidissement éolien atteignant jusqu’à -40 est prévu samedi, alors que les vents souffleront en rafales jusqu’à 50 km/h.

Dans la nuit suivante, le mercure devrait afficher -28 degrés Celsius, s’approchant ainsi de la marque historique de -29,4, vieille de 73 ans.

«On ne battra peut-être pas de record, mais les températures vont être très froides jusqu’à au moins dimanche matin. Par la suite, elles vont grimper graduellement pour s’approcher des normales en début de semaine prochaine», de dire le météorologue à Environnement Canada, Geoff Coulson.

De la neige est ensuite prévue dès dimanche soir et lundi avec une accumulation possible de 10 cm, prévient-on, ce qui pourrait compliquer la donne lors de l’heure de pointe pour le retour au boulot.

Mises en garde
Autant Santé publique Ottawa que la direction de santé publique du CISSS de l’Outaouais ont émis des mises en garde contre les possibles engelures en raison de ces températures polaires.

En effet, dans de telles conditions météo, la peau exposée peut geler en moins de dix minutes, sans compter que les risques d’hypothermie augmentent considérablement. Pour rester au chaud, il est recommandé de porter plusieurs couches de vêtements.  et de s’assurer que la couche extérieure protège du vent et de l’humidité.

Dans le cas d’engelures superficielles, la peau peut devenir insensible et provoquer des picotements, rougir puis blanchir, et présenter des petits gonflements. Dans les cas d’engelures plus profondes, la  peau devient froide, blanche ou cireuse.

Les nourrissons, les enfants, les personnes âgées, les personnes atteintes de certaines maladies chroniques ainsi que les sans-abri sont particulièrement vulnérables au froid.