Le festival traitera d'enjeux tels que : la résurgence autochtone, le mouvement #moiaussi, l’islamophobie genrée et la violence faite aux femmes.

Premier festival féministe à Ottawa

Rendre le féminisme accessible à tous, c’est le pari que tentent de relever les organisatrices de la première édition du festival féministe d’Ottawa.

« On veut amener différentes perspectives. Le contexte nous semblait urgent, avec le mouvement #moiaussi (#metoo), mais aussi dans un contexte où on observe une montée de la droite assez forte », confie Anahi Morales Hudon, professeure à l’Université St-Paul.

Des militantes, des artistes, des gens du milieu académique et des citoyens se réuniront à l’Atelier d’innovation sociale Mauril-Bélanger de l’Université St-Paul jusqu’à dimanche. Ils partageront sur des enjeux tels que : la résurgence autochtone, le mouvement #moiaussi, l’islamophobie genrée et la violence faite aux femmes.

L’événement se veut inclusif et les hommes sont invités à prendre part aux discussions.

« Nous, on pense que le féminisme c’est un enjeu qui nous concerne tous et toutes. On a eu un panel présenté par un professeur de l’UQAM sur le masculinisme. Ça parle des hommes et des réactions féministes. On a aussi des hommes qui participent à d’autres ateliers », soutient Mme Morales Hudon.

Elle et ses collègues des universités d’Ottawa et St-Paul ont eu l’idée de créer le festival. Les organisatrices souhaitaient créer un milieu propice aux échanges à l’extérieur d’un cadre académique où des participants de tous les milieux se réuniraient.

Jusqu’à maintenant, une centaine de personnes se sont inscrites au festival en plus des bénévoles et des invités. Il est toujours possible de s’inscrire aux activités en visitant le site summerfeministfestival.wordpress.com.

L’engouement est déjà palpable pour reconduire l’initiative l’an prochain.

« Les gens nous posent déjà la question et veulent savoir si on fera une deuxième édition. Je pense que c’est un signe que l’espace qu’on a créé était nécessaire », conclut Mme Morales Hudon.