Plus de 11 700 personnes de l’Outaouais ont eu recours cette année à des services d’aide alimentaire.

Moisson Outaouais dresse un nouveau bilan de la faim

Plus de 11 700 personnes de l’Outaouais ont eu recours cette année à des services d’aide alimentaire, une augmentation de 11 % par rapport à l’an dernier.

Voilà l’un des éléments-clés qui ressortent du Bilan-Faim 2019 de Moisson Outaouais, publié mardi.

L’organisme, qui précise qu’un ménage sur quatre à faible revenu est touché par cette réalité et que la moitié des gens affectés ne se tournent pas vers de l’aide, affirme que « la faim demeure un enjeu important et préoccupant ». 

Plus du tiers (38 %) des personnes qui bénéficient de provisions alimentaires sont des enfants, dont 210 sont âgés de moins de deux ans, dit-on. Près du quart (23 %) des gens concernés ont reçu de l’aide à plus d’une reprise sur une base mensuelle. 

Les demandeurs d’aide sont majoritairement des personnes vivant d’aide sociale (66 %), alors que dans 17 % des cas, les gens ont un revenu d’emploi ou comme principale source de revenus une pension de vieillesse. 

Moisson Outaouais signale que 44 803 repas et collations ont été servis par sa quarantaine d’organismes membres cette année, soit presque 8000 de plus qu’en 2018. 

Au total, plus de 820 000 kg de denrées ont été amassées et distribuées auprès des organismes communautaires, un bond de 18 % en comparaison avec 2017-2018. Par rapport à 2016-2017, il s’agit d’une hausse marquée de 56 %. 

Le Programme de récupération en supermarché, déployé dans une vingtaine de magasins des grandes bannières comme Provigo, Metro et IGA, a quant à lui permis de récupérer près de 334 000 kg de denrées alimentaires, affirme-t-on. Dans le quart des cas (24 %), il s’agissait de viande. 

L’insécurité alimentaire touche 7 % de la population en Outaouais, soit environ 29 000 personnes.