Depuis plusieurs jours, les jeunes se mobilisent un peu partout sur la planète pour réclamer de leurs élus des actions concrètes pour lutter contre le réchauffement climatique.

Marche des jeunes pour le climat: le ministre de l’Éducation rabroué

MONTRÉAL — Le metteur en scène et porte-parole du Pacte pour la transition écologique, Dominic Champagne, reproche au ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, d’avoir la mauvaise attitude face aux jeunes Québécois préoccupés par les conséquences des changements climatiques.

M. Champagne a fortement critiqué le ministre qui avait déclaré plus tôt cette semaine que «la solution aux problèmes environnementaux, elle est à l’école, elle n’est pas dans la rue».

Dans une entrevue à La Presse canadienne diffusée ce week-end, M. Champagne a qualifié l’affirmation du ministre de «niaiseuse, stupide et rétrograde». Il a même invité le ministre «à faire sa job pour qu’il y ait un programme d’éducation, à la hauteur de la crise actuelle, pour instruire les enfants dès la 1ère année».

Depuis plusieurs jours, les jeunes se mobilisent un peu partout sur la planète pour réclamer de leurs élus des actions concrètes pour lutter contre le réchauffement climatique.

Le Québec n’échappe pas au mouvement, si bien que la Commission scolaire de Montréal a décrété une journée pédagogique pour permettre à ses élèves et à leurs parents de participer à la journée de grève mondiale pour le climat, vendredi. D’ailleurs, l’égérie mondiale du mouvement, la jeune militante écologiste suédoise Greta Thunberg, a confirmé qu’elle participera à la manifestation de Montréal.

Des dirigeants internationaux se réuniront lundi au siège des Nations unies à New York pour le Sommet Action Climat.