Les immigrants ont été plus nombreux que les autres résidents du Québec à déménager en Outaouais entre 2011 et 2016, selon l’Institut de la statistique du Québec.

L’Outaouais attire les jeunes immigrants

Les immigrants ont été plus nombreux que les autres résidents du Québec à déménager en Outaouais entre 2011 et 2016, selon l’Institut de la statistique du Québec. 

Le solde migratoire — la différence entre le nombre de personnes qui entrent et ceux qui sortent — a été de 1130 chez les immigrants ayant choisi l’Outaouais. Cette dernière se démarque du lot alors qu’elle est la seule région à l’extérieur des zones adjacentes de Montréal avec un solde positif aussi élevé. D’autres régions comme Chaudière-Appalaches et la Capitale-Nationale ont obtenu un seuil migratoire en deçà de 400 chez leurs propres arrivants. Ces données ne prennent toutefois pas compte des personnes qui quittent ou qui proviennent d’autres provinces comme l’Ontario. Seuls les mouvements à l’intérieur de la Belle Province sont comptabilisés dans ce portrait. La démographe de l’Institut de la statistique du Québec, Martine St-Amour, indique que le fait que l’Outaouais fasse bande à part est dû en partie à l’âge de ses arrivants.

«On sait que l’immigration est très propice aux jeunes travailleurs actifs tels que les 25 à 44 ans. Comme l’accès à l’emploi semble plus facile en Outaouais, cela fait en sorte que les gens y migrent.» 

Si beaucoup de travailleurs viennent dans la région pour un emploi, le portrait est différent quand vient le temps de prendre sa retraite. Le solde migratoire est de -395 pour les non-immigrants en Outaouais alors qu’une grande majorité décide de retourner dans leur région d’origine après leur carrière, croit Martine St-Amour. 

«On remarque que les régions qui attirent les gens actifs sont plus propices de les perdre à la fin de leur carrière, cela explique le solde migratoire négatif chez les non-immigrants en Outaouais», souligne la démographe.

L’Outaouais est la seule région qui possède un solde migratoire positif et négatif chez les deux catégories démographiques comptabilisées parmi les 17 régions du Québec.

«Généralement, les régions vont soit faire des gains chez les immigrants et les non-immigrants ou être en déficit dans les deux catégories ce qui n’est pas le cas en Outaouais, alors c’est vraiment une région intéressante démographiquement» conclue, Mme St-Amour.