Antoine Normand, président d’In-Sec-M, et le maire de Gatineau Maxime Pedneaud-Jobin ont discuté de cybersécurité.

L’industrie de la cybersécurité réunie à l’UQO

Pour une première fois, les grands joueurs canadiens de l’industrie de la cybersécurité se sont réunis à l’Université du Québec en Outaouais.

Ce premier Forum sur la cybersécurité survient quelques mois seulement après la création d’In-Sec-M, la grappe nationale de l’industrie de la sécurité — établie à Gatineau — qui a pour mission de mobiliser les entreprises canadiennes dans ce domaine pour percer le marché mondial.

Pour lancer le Forum, les participants ont pu assister à des panels de discussion, dont un sur la place des femmes en cybersécurité. Vendredi, on mettra surtout l’accent sur la mise en relation entre les petites et grandes entreprises, ainsi que les donneurs d’ouvrage dans l’industrie.

Le président d’In-Sec-M, l’homme d’affaires gatinois Antoine Normand, soutient que les « PME innovantes canadiennes » présenteront leurs produits à de potentiels acheteurs, autant du secteur privé que public.

« Au gouvernement, ce sont souvent de très gros contrats qui se gagnent. Pour ces contrats, les grandes entreprises vont aller voir des plus petites entreprises, des innovateurs, pour intégrer leur technologie. C’est vraiment un showcase de ces technologies qui vont se faire connaître dans les prochains jours », explique M. Normand.

Selon Antoine Normand, la région de Gatineau et d’Ottawa a le potentiel de devenir un pôle important de la cybersécurité. Les besoins sont grands en raison de la présence du gouvernement fédéral et la main-d’œuvre est insuffisante.

Dans ce contexte, la création d’un centre collégial de transfert de technologie en cybersécurité au Cégep de l’Outaouais amènera de l’expertise dans la région, en plus de potentiellement susciter de l’innovation localement, croit M. Normand.

Ces programmes d’études s’ajoutent à une fondation solide issue de la présence passée, à Ottawa, d’entreprises de télécommunications comme Nortel.

Prenant la parole devant la foule devant une foule d’experts et d’intervenants du milieu de la cybersécurité, le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, a par ailleurs indiqué que le développement de cette industrie était une priorité pour l’appareil municipal en matière de développement économique.

« À long terme, il n’y a pas vraiment de limites parce que c’est un domaine où il y a énormément de contrats qui vont se donner », a ajouté M. Pedneaud-Jobin en mêlée de presse.