Dans l’ensemble, la consommation de sucres totaux a diminué au Canada pour tous les groupes d’âge de 2004 à 2015.

Les Canadiens consomment un peu moins de sucre, révèle une étude de Statistique Canada

MONTRÉAL — Les Canadiens consomment un peu moins de sucre, révèle une analyse de Statistique Canada rendue publique mercredi.

Il s’agit de la première étude à se pencher sur la tendance à long terme de la consommation de sucre au moyen des plus récentes données de l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes datant de 2015, a fait savoir l’organisme fédéral de statistiques.

Dans l’ensemble, la consommation de sucres totaux - qui comprennent les sucres libres et les sucres d’origine naturelle - a diminué pour tous les groupes d’âge de 2004 à 2015.

Les données ont été recueillies auprès de plus de 45 000 Canadiens âgés de 2 ans et plus.

La consommation quotidienne moyenne de sucres totaux en 2015 était de 101 grammes ou l’équivalent (comparativement à 104 grammes en 2004) chez les enfants de 2 à 8 ans, de 115 grammes (comparativement à 128 grammes) chez les enfants de 9 à 18 ans, et de 85 grammes (comparativement à 93 grammes) chez les adultes.

À quoi correspondent 100 grammes de sucres? À environ 24 cuillères de thé, est-il indiqué dans l’étude.

Cette diminution est notamment attribuable à une baisse de la consommation de boissons sucrées, ce qui inclut les boissons gazeuses et les boissons aux fruits comportant moins de 100 pour cent de jus.

Malgré ce constat, les boissons sucrées constituent toujours la principale source de sucres totaux chez tous les Canadiens, représentant 22 pour cent des sucres totaux chez les jeunes enfants, 30 pour cent chez les enfants plus âgés et 24 pour cent chez les adultes, a-t-il été calculé.

Ce que la Coalition québécoise sur la problématique du poids n’a pas manqué de relever.

Au Québec, un enfant sur cinq boit des boissons sucrées chaque jour, une mauvaise habitude qui augmente les risques d’obésité, de diabète, de maladies cardiovasculaires et de caries dentaires, indique la Coalition.

Elle y voit là l’importance de poursuivre et d’intensifier les actions pour diminuer la consommation de boissons sucrées.

«Depuis quelques années, de nombreux professionnels de la santé et organismes, comme la Coalition Poids, ont concentré leurs efforts à sensibiliser et éduquer sur les méfaits de la surconsommation de ces bonbons liquides. Nous sommes ravis de constater que cela porte fruit, mais il y a encore beaucoup de travail à faire: les boissons sucrées demeurent la principale source de sucre dans l’alimentation des Canadiens», souligne Corinne Voyer, directrice de la Coalition Poids, dans un communiqué diffusé mercredi.