Un projet de réalité virtuelle visant à développer l’empathie et lutter contre l’intimidation sera déployé cet automne dans des écoles du Québec.

La réalité virtuelle pour développer l’empathie

MONTRÉAL — Un projet de réalité virtuelle visant à développer l’empathie et lutter contre l’intimidation sera déployé cet automne dans des écoles du Québec.

La Fondation Jasmin Roy a annoncé mardi le lancement des Ateliers 360, qui « visent à stimuler l’empathie et à développer les compétences émotionnelles et relationnelles chez les élèves du secondaire grâce à l’utilisation de la réalité virtuelle ».

Le projet inclut des ateliers d’environ 50 minutes précédés d’un volet pédagogique permettant de préparer l’école au préalable.

Selon la Fondation, 23,3 pour cent des jeunes au Canada seraient impliqués dans la problématique de violence et d’intimidation, à titre d’agresseur, de victime ou de témoin.

Jasmin Roy, qui préside la Fondation, souhaite que l’on apprenne aux jeunes à bien se mobiliser et à trouver des solutions. Il a expliqué qu’on avait créé des capsules dans lesquelles les jeunes vont notamment apprendre à résoudre des conflits et à gérer leurs émotions.

« La réalité virtuelle, ce que ça fait, c’est que ça nous plonge dans un univers un peu parallèle, mais ça laisse quand même une empreinte au cerveau », explique-t-il en entrevue avec La Presse canadienne.

« Ça a été démontré par la recherche que quand on se retrouve (ensuite) dans une situation similaire dans la vraie vie, notre cerveau est capable d’avoir des repères. »

Selon M. Roy, les écoles étaient nombreuses à réclamer des activités en lien avec des apprentissages sociaux et émotionnels.

« Il y a beaucoup d’outils qui existent pour le primaire, sur la gestion d’émotions, sur comment exprimer mes émotions, mes besoins, comment je parle à mon collègue de classe... Mais il y a peu d’outils qui vont rejoindre les adolescents », note-t-il.

Les écoles désirant offrir ces ateliers à leurs élèves sont invitées à en faire la demande auprès de la Fondation Jasmin Roy. Cette dernière sollicite aussi des donateurs dans le but d’offrir gracieusement cette activité dans certaines écoles.

Le projet a été rendu possible grâce, entre autres, à la contribution du Comité d’investissement communautaire de TELUS à Montréal, d’UNLTD, qui a réalisé le volet des capsules de réalité virtuelle, ainsi que de l’Institut Pacifique, qui a élaboré les guides pédagogiques et d’animation.