Les surdoses aux opioïdes n’affectent pas autant toutes les régions du pays. Les stratégies pour lutter contre ce fléau varient aussi.

La menace des opioïdes varie d’un océan à l’autre

VANCOUVER — Lorsqu’un de ses grands amis est mort d’une surdose d’opioïdes, seul dans sa chambre, Brandon Bailey a commencé à partager son numéro de cellulaire sur les réseaux sociaux.

Le toxicomane en rémission a un message pour les consommateurs d’opioïdes : si vous vous apprêtez à en prendre, appelez-le. « Je viendrai vous voir et m’assurerai que vous êtes en sécurité », écrit M. Bailey dans un message Facebook.

Brandon Bailey, qui est aussi membre d’un organisme communautaire à Windsor, en Ontario, déplore la pénurie dans sa ville de services de prévention des surdoses, comme des centres de consommation supervisée. Il souhaiterait aussi que la naloxone, une substance qui permet de stopper l’action des opioïdes, soit rapidement accessible en cas d’urgence, partout au pays. « Nous devons faire quelque chose », lance-t-il.

La crise de surdoses par opioïdes a dévasté de nombreuses communautés au pays ; on croit même qu’elle a pu ralentir la hausse de l’espérance de vie au Canada, qui avait pourtant augmenté de trois ans entre 2000 et 2016. Selon les estimations de l’Agence de la santé publique du Canada, les opioïdes ont tué environ 9000 personnes en 18 mois – une moyenne de 500 morts par mois – entre janvier 2016 et juin 2018. Environ 94 % de ces décès étaient considérés comme accidentels et près des trois quarts sont attribuables au puissant fentanyl.

Mais l’accès aux services de prévention des surdoses varie considérablement selon les régions, ce qui pousse certains militants à affirmer que les chances de survivre à une surdose dépendent beaucoup, au fond, du lieu où l’on habite. Selon Santé Canada, il existe neuf centre de consommation supervisée en Colombie-Britannique, neuf en Ontario, six en Alberta, quatre au Québec – mais aucun ailleurs au Canada.

Les lieux de consommation supervisée permettent aux personnes d’utiliser leurs drogues sous surveillance médicale, avec du matériel stérile. Par ailleurs, plusieurs de ces centres offrent aussi de tester les produits pour déceler une éventuelle contamination au fentanyl, un opioïde synthétique qui peut être mortel lorsqu’il est mélangé à d’autres drogues.

Sarah Blyth, cofondatrice de la Société pour la prévention des surdoses à Vancouver, a déclaré que le jour même de l’entrevue, en décembre, trois personnes qui avaient fait une surdose dans un centre d’injection supervisée avaient survécu parce qu’elles étaient entourées de personnel compétent et bien équipé.

Jordan Westfall, directeur général de l’Association canadienne des utilisateurs de drogues, constate que les zones rurales et les régions isolées sont particulièrement mal desservies par ces programmes de prévention. Il estime que le manque d’éducation et de volonté politique a été le principal obstacle à la prévention des décès par surdose.

Pour ce qui est du naloxone, le médicament est maintenant disponible dans les pharmacies de toutes les provinces et de tous les territoires, à l’exception du Nunavut, selon l’Association des pharmaciens du Canada. L’accès aux trousses gratuites de naloxone à emporter est plus variable : le Québec offre le vaporisateur nasal à toute personne de plus de 14 ans dans les pharmacies, le Nouveau-Brunswick fournit la naloxone à des services de santé et des services sociaux, alors que la Colombie-Britannique l’offre gratuitement à toute personne susceptible de faire une surdose, et à ses proches.

Des interventions ciblées

Rebecca Jesseman, directrice des politiques au Centre canadien sur les dépendances et l’usage de substances, explique que si les services varient d’une région à l’autre, c’est aussi parce que les problèmes varient géographiquement. La crise des opioïdes est plus prononcée en Colombie-Britannique, en Alberta, en Ontario et au Québec, tandis que le Manitoba et la Saskatchewan sont davantage préoccupés par la lutte contre la méthamphétamine. « Nous devons donc réagir d’une manière spécifique au contexte local », soutient-elle. Le gouvernement fédéral affecte d’ailleurs les fonds en fonction de la gravité de la crise des opioïdes et de la taille de la population dans chaque province ou territoire.

« Nous n’accepterions pas de tels écarts de qualité et de disponibilité de services pour des problèmes de santé tels que le cancer, le diabète et les maladies cardiaques. Alors, pourquoi est-ce la norme en matière de toxicomanie ? », conclut Mme Jesseman