Beaucoup d’efforts ont été déployés pour attirer l’événement WorldPride 2023 à Montréal. C’est cependant la candidature de Sydney qui a été retenue.

Fierté Montréal se fait connaître à l’international

La candidature de Montréal n’a peut-être pas été retenue pour l’organisation du WorldPride de 2023, qui aura lieu à Sydney en Australie, mais Fierté Montréal qui a piloté le dossier depuis près de deux ans, rentrera au pays la tête haute.

C’est ce qu’a souligné le vice-président de l’organisme, Jean-Sébastien Boudreault, joint au téléphone par La Presse canadienne à Athènes, en Grèce, quelques heures après l’annonce officielle.

« On sort de cette aventure gagnant parce qu’on s’est fait découvrir à l’étranger. »

L’équipe d’une trentaine de personnes derrière la candidature de Montréal reviendra au pays au cours des prochains jours avec plein de nouveaux projets en tête et de nouveaux appuis à l’international, raconte M. Boudreault en entrevue.

« On a développé un réseau fantastique avec de plus petites Fiertés tant au Canada qu’en Europe qu’en Afrique. Ça nous a ouverts à plein d’idées et de possibilités sur lesquelles on pourra se parler dans les prochaines semaines. »

Fierté Montréal a investi au total environ 750 000 $ avec ses partenaires, comme Tourisme Montréal et les différents ordres de gouvernement, pour mener à terme le projet de candidature de la ville de Montréal pour le WorldPride 2023 ; sa présentation avait même été traduite en 11 langues.

Trois villes étaient en lice pour cet événement international d’envergure. L’organisation InterPride a annoncé le nom de la ville gagnante lors de son assemblée générale annuelle, dimanche à Athènes, avec la projection d’un tableau sur lequel il était indiqué que la ville de Sydney avait récolté 60 % des votes.

Montréal a terminé deuxième avec 36 % d’appuis, tandis que la ville américaine d’Austin au Texas n’a obtenu que 3 % des voix.

Dans un gazouillis, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, félicite d’ailleurs toute l’équipe qui a travaillé sur la candidature de sa ville. « Mais quel travail de l’équipe FierteMTLPride pour la candidature de notre métropole à InterPride ! Montréal va continuer à rayonner à l’international et ce n’est que partie remise. »

L’attrait de la francophonie

« C’était la première fois que Montréal présentait sa candidature. C’était la première fois qu’une ville francophone présentait sa candidature et c’est beaucoup là-dessus qu’on misait », affirme Jean-Sébastien Boudreault.

En effet, sur la vidéo de la candidature de Montréal, Fierté Montréal avait mis le paquet pour démontrer l’ambiance conviviale qui règne à Montréal lors des festivités estivales, laissant autant la place au français qu’à l’anglais. La vidéo promotionnelle de près de 4 minutes se termine sur une brève apparition de la chanteuse Céline Dion enveloppée d’un drapeau de la fierté et qui prononce quelques mots en français.