La députée de Hull, Maryse Gaudreault, la directrice régionale de Développement économique Canada pour les régions du Québec, Nancie Villeneuve, le député de Hull-Aylmer, Craig Fergus, et le directeur général du CREDDO, Benoit Delage

Donner une nouvelle vie aux déchets

Le Conseil régional de l’environnement et du développement durable de l’Outaouais (CREDDO) vient de recevoir 151 100 $ de Québec et Ottawa pour faire grandir son programme d’économie circulaire, qui vise l’échange de matières résiduelles pouvant servir de matières premières à certaines entreprises.

Le projet Synergie Outaouais du CREDDO, qui avait déjà obtenu un montant de près de 30 000 $ du ministère de l’Économie, de la Science et de l’Innovation du Québec pour la réalisation de sa première phase, vient d’obtenir une nouvelle aide de 41 100 $ du gouvernement provincial. L’annonce en a été faite lundi matin par la députée de Hull, Maryse Gaudreault, qui prévoit que l’équipe du CREDDO aura « beaucoup de pain sur la planche » dans le cadre de son projet.

À cela s’ajoute une contribution remboursable de 110 000 $ de Développement économique Canada annoncée par le député de Hull-Aylmer, Greg Fergus. Cette somme permettra l’embauche de ressources offrant « un soutien technique et scientifique aux entreprises adhérant au nouveau réseau d’échanges de matières résiduelles ».

Aux yeux de M. Fergus, l’économie et l’environnement « vont de pair ». « C’est l’économie du bon sens », a renchéri le directeur général du CREDDO, Benoit Delage.

Chargée de projet en gestion des matières résiduelles pour l’organisme, Christelle Guibert a expliqué que le projet Synergie vise à dénicher « des matières résiduelles qui vont être considérées comme un trésor pour d’autres entreprises qui vont s’en servir pour faire leurs matières premières », ce qui permet d’établir des échanges.

Mme Guibert a donné l’exemple d’une brasserie qui, grâce au projet, a pu trouver une utilité à la drêche, qui compose ses résidus de brassage. « On a aidé la brasserie à trouver un agriculteur de la région qui récupère les grains pour de l’alimentation animale », a-t-elle indiqué. Dans ce cas, des économies ont été générées tant pour la brasserie que pour l’agriculteur.

Une quarantaine d’entreprises sont déjà membres de Synergie Outaouais, un nombre que le CREDDO souhaite voir grimper à une centaine au cours des prochaines années. Depuis la mise sur pied du projet, « un peu plus de 300 tonnes de matières » ont pu être échangées.