Contenu commandité
Six solutions contre le racisme 
Six solutions contre le racisme 
Si le Cégep de Granby se montre proactif face à l’inclusion des minorités visibles dans les milieux de travail, il reste toutefois du chemin à faire pour convaincre les entreprises d’avoir recours à cette stratégie pour devenir plus rentables.
Si le Cégep de Granby se montre proactif face à l’inclusion des minorités visibles dans les milieux de travail, il reste toutefois du chemin à faire pour convaincre les entreprises d’avoir recours à cette stratégie pour devenir plus rentables.

L’inclusion de la diversité passe par la formation

Dans l’optique de contrer la rareté de main-d’œuvre, les services aux entreprises du Cégep de Granby ont lancé la formation « Prospérer ensemble » visant à outiller les entreprises à être plus rentables grâce à l’inclusion en emploi de travailleurs immigrants déjà installés au Québec.

Si le Cégep se montre proactif quant à l’inclusion des minorités visibles dans les milieux de travail, il reste toutefois du chemin à faire pour convaincre les entreprises de recourir à cette stratégie pour devenir plus rentables.

« Quand on les approche pour leur proposer notre coffre à outils, ils trouvent ça très intéressant. Ils trouvent que ce serait important de faire la formation, parce que ça apporte des solutions concrètes. Mais ça fait partie d’une priorité parmi plusieurs autres. Passer à l’action pour mettre en place des stratégies d’inclusion de la diversité, c’est la première chose qui se fait tasser quand il y a d’autres enjeux dans l’entreprise... Les compagnies sont un peu frileuses sur cette question », remarque Bastien Lamontagne, consultant spécialiste aux services aux entreprises du cégep.

Pourtant, l’étude Delivering through Diversity de McKinsy arrive à la conclusion que les entreprises qui gèrent bien la diversité sont plus rentables et performantes que les autres. M. Lamontagne donne notamment l’exemple des banques qui font figure de « bons élèves » en adoptant le modèle de l’inclusion de la diversité et qui en bénéficient en termes de rentabilité.

Le ministère du Travail calcule qu’un poste sur quatre (22 à 25 %) à pourvoir au Québec au cours de la prochaine décennie devra être occupé par des travailleurs immigrants.

La Belle Province serait toutefois loin du compte. À titre d’exemple, le CIUSS de l’Estrie-CHUS ne compte que 150 membres issus de minorités visibles parmi ses 13 763 employés (1,1 %). C’est entre autres ce que nous apprend un nouveau rapport de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ) qui passe en revue les effectifs de 331 organismes publics.

En 10 ans, le taux de représentation des personnes de couleur au Québec est passé de 2,7 % en 2009 à 6,3 % en 2019. « Ce qui n’est pas très élevé », indique le rapport de la CDPDJ. M. Lamontagne ne serait toutefois pas surpris d’apprendre que les proportions soient semblables au sein des entreprises privées.