Dans la région, un tiers des adolescents de 14 ans et plus a des relations sexuelles. Ce n'est pas une mauvaise chose en soi, admet le Dr Jean-Pierre Courteau, de la DSPO. Mais le contexte de ces relations - associées à l'alcool ou aux drogues, trop souvent sans protection - est matière à inquiétude.
Dans la région, un tiers des adolescents de 14 ans et plus a des relations sexuelles. Ce n'est pas une mauvaise chose en soi, admet le Dr Jean-Pierre Courteau, de la DSPO. Mais le contexte de ces relations - associées à l'alcool ou aux drogues, trop souvent sans protection - est matière à inquiétude.

Sexe précoce et imprudence

Patrick Duquette
Patrick Duquette
Le Droit
Les moeurs sexuelles des adolescents de l'Outaouais se libéralisent avec l'influence grandissante d'Internet et le déclin de la religion. Les jeunes ont des pratiques de plus en plus variées et fréquentes. Et aussi, de plus en plus précoces. Un ado sur dix a sa première relation sexuelle avant l'âge de 14 ans.
Ces données sont tirées d'une vaste enquête de la Direction de la santé publique sur les comportements et les habitudes de vie des jeunes de 12 à 17 ans. Dans l'ensemble, les résultats obtenus auprès de 3625 élèves du secondaire en Outaouais ressemblent à ceux des autres régions du Québec.
En Outaouais, un tiers des adolescents de 14 ans et plus a des relations sexuelles. La fréquence des rapports doublera tout au long du secondaire. À âge égal, les filles sont plus actives sexuellement que les garçons. Une proportion significative a eu des relations avec au moins trois partenaires au cours de la dernière année.
Bref, les ados modernes ont une vie sexuelle pimentée de comportements «variés et fréquents», estime le Dr Jean-Pierre Courteau, coordonnateur du portrait de santé à la Direction de la santé publique de l'Outaouais (DSPO). «On parle de sexualisation, de l'influence d'Internet, on parle même d'hypersexualisation des jeunes. Et on est en pente descendante par rapport à l'influence de la religion, et aussi des parents qui avaient reçu un certain type d'éducation. Donc ce sont des comportements qui sont en augmentation.»
Un contexte «inquiétant»
En soi, avoir une vie sexuelle n'est pas une habitude néfaste, même à un si jeune âge, concède le Dr Courteau. «Dans toutes les cultures, il y a une proportion de jeunes qui ont des relations sexuelles à cet âge-là. Ce qu'il faut examiner, c'est le contexte dans lequel ça se produit.» C'est là que le portrait devient plus troublant aux yeux de la DSPO.
D'abord parce que dans bien des cas, les relations sexuelles sont associées à la consommation de tabac, d'alcool et de drogues. Et surtout, parce que 40% des adolescents confessent ne pas avoir porté un condom lors de leur dernière relation vaginale.