Sentiment de déjà-vu, 20 ans plus tard

On se serait cru 20 ans plus tôt, en pleine crise du verglas de 1998, lundi. Plus de 100 000 foyers de l’Outaouais et de l’Est ontarien ont été plongés dans le noir, alors que la glace a recouvert la région, jetant du même coup bon nombre d’arbres et de poteaux électriques au sol. Sans être historique comme l’édition d’il y a deux décennies, l’hiver 2018 est bien entêté, au grand dam de centaines de milliers de résidents.

Au plus fort de la tempête, qui était accompagnée de rafales de vent atteignant les 70 km/h, plus de 40 000 foyers de l’Outaouais et quelque 80 000 autres d’Ottawa et de l’Est ontarien étaient privés de courant. Plus faible en début de journée, le nombre de pannes a grimpé en flèche au fil de la journée, avant de baisser progressivement. 

Au bilan de 22h lundi soir, la situation tendait à se résorber alors que 12 000 abonnés d’Hydro-Ottawa étaient toujours privés de courant, tandis que 5300 autres vivaient la même situation sur le réseau d’Hydro-Québec en Outaouais. Dans l’Est de l’Ontario, 32 000 clients d’Hydro One étaient toujours plongés dans le noir. Quand la tempête a débuté, les conditions routières sont rapidement devenues périlleuses, dimanche soir. 

Sur les autoroutes 50 et 417, des dizaines de voitures ont été impliquées dans des sorties de route.

L’incident le plus grave est survenu sur la 50, à Lachute, près de Montréal. Une personne a perdu la vie et une autre personne a été grièvement blessée sur la 50 Ouest, vers 18h.

Les victimes se sont aventurées à pied sur l’autoroute, traversant la chaussée pour venir en aide au conducteur d’une camionnette qui avait fait des tonneaux, dans l’autre direction. Elles ont été happées.

Une utilisatrice de Twitter a partagé cette vidéo d'un patineur dans une rue d'Ottawa, lundi matin:

Réseau affaibli

Dans les secteurs ruraux, de nombreux arbres ont été endommagés par le poids de la glace.

Les secteurs de La Pêche, Val-des-Monts, Pontiac, et Aylmer, au Québec, ainsi que ceux de Casselman et de Clarence-Rockland, en Ontario, ont été durement touchés. Un refuge temporaire d’urgence a d’ailleurs été ouvert par la Cité de Clarence-Rockland en soirée lundi afin d’accomoder les citoyens plongés dans le noir. 

Des arbres et des poteaux électriques cassés, pliés, affaissés, ont tenu les équipes de réhabilitation fort occupées. Des arbres tombés ont aussi forcé la fermeture partielle ou temporaire de quelques artères au cours de la journée, dont le chemin d’Aylmer et l’avenue Carling. Du côté d’Ottawa, la police a fermé plusieurs artères, en raison de poteaux ou de fils électriques au sol. Des travaux d’urgence ont été entrepris.

De nombreuses voitures étaient recouvertes d’une épaisse couche de glace.

La majorité des écoles étaient fermées autant pour les élèves que le personnel sur la rive québécoise, tandis que le transport scolaire était annulé mais les cours n’étaient pas suspendus sur la rive ontarienne. 

Les piétons n’ont pas été en reste. Plusieurs photos et vidéos ont circulé sur les réseaux sociaux, démontrant les petites misères de tout un chacun.

Un internaute a cependant mis un brin de soleil dans la journée, en publiant une vidéo d’un patineur se laissant glisser dans sa rue, dans le quartier Stonebridge, secteur Barrhaven.

Plusieurs feux de circulation étaient éteints, dans les secteurs urbains.

Un résident a rapporté un début d’incendie chez lui, quand des fils électriques sont tombés sur sa maison, au 379, Island Park. Les maisons voisines ont été placées sous haute surveillance par le Service des incendies d’Ottawa.

Par ailleurs, un autre incendie a éclaté à l’intersection des chemins Tenth Line et Wall, à Ottawa, peu avant 1h, dans la nuit de dimanche à lundi. La force du brasier a forcé les pompiers à agir de façon défensive.

Pendant ce temps, plusieurs vols ont été retardés ou annulés à l’Aéroport d’Ottawa, en particulier ceux en direction ou en provenance de Toronto, des Maritimes ou de la côte est américaine. 

Le climat a forcé aussi la fermeture du CLSC de Vallée-de-la-Lièvre, dans le secteur Buckingham, pendant une bonne partie de la journée. L’établissement était aussi privé de courant. Le CLSC de Cantley et la Maison de naissances de l’Outaouais se sont retrouvés dans la même situation. L’Hôpital et le CHSLD de Papineau ont dû avoir recours à des génératrices pendant quelques heures pour assurer leurs opérations. 

Le Service paramédic d’Ottawa est venu en aide à une femme dans la cinquantaine victime d’une fracture à un bras, à la suite d’une chute, sur la rue Main. Quelques autres appels, pour des blessures mineures, ont été enregistrés des deux côtés de la rivière des Outaouais.

La Commission de la capitale nationale (CCN) a de son côté annoncé la fermeture complète du parc de la Gatineau jusqu’à nouvel ordre dû aux mauvaises conditions météorologiques, les nombreuses branches qui peuvent tomber représentant un danger. Elle demande au public de respecter les barricades mises en place. 

Au total, 21 mm de pluie sont tombés sur la région lundi. Environnement Canada prévoyait que de 15 à 25 mm supplémentaires devaient s’abattre durant la nuit, avant une légère amélioration du temps mardi. On prévoit quelques averses de pluie et de neige durant la journée. Le beau temps et les températures plus saisonnières reviendront graduellement au fil de la semaine. 

Ceux qui attendent impatiemment que le printemps arrive pour de bon pourraient bien esquisser un sourire dès le week-end, alors qu’on annonce du soleil et des températures maximales variant entre 11°C et 14°C. 

En cas d’accouchement...

Le réseau de la santé de l’Outaouais se dit prêt à intervenir auprès de femmes prêtes à accoucher, même si les activités de la Maison des naissances sont réduites en raison des pannes de courant qui affectent la région. 

« À l’heure actuelle (lundi après-midi), seul le CLSC Vallée-de-la-Lièvre a dû être fermé en raison des pannes électriques, indique le Centre intégré de santé et de service sociaux de l’Outaouais,par communiqué. Les activités sont réduites à la Maison de naissance où les suivis de grossesse qui n’ont pu être annulés sont tout de même effectués. Si des accouchements doivent avoir lieu alors que la panne est toujours en cours, ceux-ci seront effectués à domicile ou à l’hôpital, selon la volonté des parents. Trois sites administratifs soit, le siège social situé au 80 avenue Gatineau et les installations situées au 104 et 124 rue Lois ont été fermés », pour des raisons de sécurité.

En collaboration avec Julien Paquette et Justine Mercier