À huit jours du scrutin fédéral, les libéraux n'ont pas manqué de dire que le ministre de l'Agriculture, Gerry Ritz, a induit les Canadiens en erreur à propos de la sécurité alimentaire.
À huit jours du scrutin fédéral, les libéraux n'ont pas manqué de dire que le ministre de l'Agriculture, Gerry Ritz, a induit les Canadiens en erreur à propos de la sécurité alimentaire.

Sécurité alimentaire: l'obligation d'alerter devrait être rétablie

Paul Gaboury
Paul Gaboury
Le Droit
Le syndicat des inspecteurs de l'Agence canadienne de l'inspection des aliments (ACIA) exhorte le gouvernement de rétablir l'obligation pour les entreprises d'alerter les autorités en cas de contamination alimentaire.
«Les inspecteurs devraient être informés quand des résultats de tests pour la présence de listeria et d'autres bactéries dans une usine de viande sont positifs. Cette exigence, qui a été annulée par l'ACIA, devrait être remise en vigueur immédiatement» affirme Bob Kingston, le président du Syndicat de l'agriculture, un élément de l'Alliance de la fonction publique du Canada.
Selon le syndicat, il n'y a aucun règlement qui oblige désormais une entreprise à informer les inspecteurs de l'ACIA de toute activité de nettoyage ou de présence répétée de bactéries depuis l'entrée en vigueur de ces changements, le 1er avril 2008.
Le syndicat a de plus demandé à ce que l'ACIA consacre les ressources nécessaires pour s'assurer que des inspecteurs puissent superviser les opérations de désinfection après des tests positifs.
Le président Kingston affirme qu'il a été impossible jusqu'à maintenant de savoir quand l'entreprise Maple Leaf a obtenu un  premier résultat positif à un test de listeria, ni combien de tests ont produit des résultats positifs avant que l'ACIA ne soit avertie.
Il voudrait également savoir combien de tentatives de désinfection infructueuses l'entreprise a menées avant que l'ACIA soit avertie. Enfin, il n'a toujours pu savoir combien de temps s'est écoulé après le premier test positif avant que le public soit informé d'un premier rappel de produits.
En raison des questions qui sont restées encore sans réponse et de la réglementation de l'ACIA qui empêche toujours les inspecteurs d'intervenir, le syndicat craint maintenant qu'une autre crise de contamination alimentaire ne se répète.
«Tant que nous ne recevrons pas réponse à ces questions, que les exigences sur l'information des inspecteurs n'auront pas été rétablies et que l'ACIA n'aura pas investi les ressources nécessaires pour superviser les désinfections d'une usine après découverte d'une contamination bactérienne, les inspecteurs demeureront inquiets pour la sécurité du public», a fait valoir le président Kingston.
«Vingt personnes sont mortes et on ne tient personne responsable. Est-ce qu'il y a d'autres usines au Canada où l'on obtient des tests positifs à d'autres bactéries mortelles sans en informer l'ACIA? Tant que Maple Leaf et l'ACIA n'auront pas répondu à ces questions et pris les mesures qui s'imposent, les inspecteurs sont inquiets devant la possibilité de nouvelles contaminations et les Canadiens devraient aussi demeurer sur leurs gardes», a demandé M. Kingston.
À huit jours du scrutin fédéral, les libéraux n'ont pas manqué de dire que le ministre de l'Agriculture, Gerry Ritz, a induit les Canadiens en erreur à propos de la sécurité alimentaire.
«Nous demandons depuis plus d'un mois au Premier ministre Harper de renverser les changements apportés par son gouvernement. Malheureusement, il ne nous a pas écoutés», a fait valoir le critique libéral dans le dossier de l'Agriculture, Gerry Easter.