Jean-François Cliche
Le Soleil
Jean-François Cliche

Frappée par la foudre sur l’autoroute de la Capitale....

SCIENCE AU QUOTIDIEN / «Je viens d’assister à mon premier coup de foudre, littéralement. J’étais sur l’autoroute de la Capitale [samedi dernier] près de Robert-Bourassa quand la foudre s’est abattue sur la voiture qui roulait juste devant moi ! Le véhicule s’est arrêté, la femme à l’intérieur allait visiblement bien, juste un peu déroutée par le fait que sa voiture ne fonctionnait plus. J’ai pu voir la marque de la foudre sur la voiture et tout juste à côté la vitre arrière brisée. J’ai toujours cru que la voiture était sécuritaire contre la foudre, mais j’aimerais savoir : comment est-ce possible?», demande Frédéric Plourde, de Québec.

Josée Montambault, elle aussi de Québec, revenait de faire des courses comme d’habitude quand elle a soudainement entendu «un bruit que j’aurais du mal à décrire, m’a-t-elle dit. Ça a fait un gros vacarme, comme si tout était en train d’exploser. Et la voiture s’est arrêtée, plus moyen de la faire repartir. (…) Je n’ai rien eu. C’est peut-être parce que la foudre est tombée vers l’arrière de l’auto. Ça a fait un trou dans la carrosserie, fait casser la vitre arrière et crevé un pneu».

En fait, ce n’est probablement pas parce que l’éclair a frappé l’arrière du véhicule que Mme Montambault s’en est sortie sans une égratignure. «L’électricité de la foudre va toujours prendre le chemin le plus facile jusqu’au sol, explique Bernard Gourdeau, professeur de physique électrique au cégep F.-X.-Garneau. Et dans ce cas-ci, le chemin le plus facile, c’était le métal de la carrosserie et du châssis, alors c’est par là que l’électricité est passée.»

L’air étant un isolant électrique, la décharge n’avait absolument aucune raison de passer par l’intérieur de l’habitacle. C’est d’ailleurs pour ça qu’on considère généralement que se trouver à l’intérieur d’un véhicule est un bon moyen de se protéger de la foudre : quand un éclair frappe le toit d’une auto, le courant va simplement suivre la «voie de moindre résistance», comme disent les physiciens, et passer par les parties de métal.

Et puisque c’est ultimement vers le sol que l’éclair cherche à aller, l’électricité va habituellement «faire le saut» jusqu’à terre, même si le caoutchouc des pneus n’est pas du tout un bon conducteur. «La différence de potentiel [ndlr : le voltage] est tellement forte que l’électricité va trouver son chemin jusqu’au sol, et c’est probablement ça qui a fait éclater le pneu de la voiture dans ce cas-ci, commente M. Gourdeau. Si la foudre est capable de faire claquer l’air sur des centaines de mètres, ce n’est pas un espace de 30 centimètres sous une voiture qui va la bloquer.»

L'éclair a laissé trou dans la carrosserie de la voiture et fracassé la vitre arrière.

Ainsi, en voyant le trou sur le véhicule de Mme Montambault que montre la photo ci-dessus, on croirait spontanément que l’éclair est passé à travers de la carrosserie, mais il n’en est rien : c’est simplement que l’énergie de la foudre était si intense à l’endroit où elle a frappé qu’elle a fait fondre le métal. C’est ça, qui a laissé un trou. Et encore, ajoute M. Gourdeau, «j’ai déjà vu bien pire, des trous de près de 30 centimètres dans la carrosserie à cause de la foudre !»

En ce qui concerne le pare-brise arrière, notons qu’il est très probable qu’il ait été brisé parce que beaucoup (trop) de courant a circulé les fils électriques déglaçants. C’est du moins souvent ce qui arrive quand un éclair tombe sur une auto, lit-on sur le site du Service météorologique américain (NWS). Mme Montambault m’a confié jeudi que ni son garagiste, ni son assureur n’étaient encore certain des dommages subis par le véhicule, mais ce même NWS indique qu’il arrive fréquemment que la foudre endommage ou détruise le système électrique et/ou les circuits électroniques, rendant la voiture inutilisable.

Cela dit, précise M. Gourdeau, s’il est préférable d’être frappé par la foudre à l’intérieur d’une auto que dehors, on aurait tort de se sentir invulnérable au volant. «Ça va agir comme une cage protectrice, oui, mais c’est une cage qui est imparfaite, dit-il. Il y a beaucoup d’ouvertures dans le métal […] et beaucoup de matériaux différents qui sont utilisés, alors ça reste possible de prendre un choc.»

À cet égard, on trouve une étude très intéressante sur «les décès et blessures causés par la foudre à proximité des véhicules» sur le site de l’Institut national de protection contre la foudre, aux États-Unis. En épluchant des archives médiatiques relatant des cas de véhicules frappés par la foudre sur une période de 20 ans, son auteur, le météorologue Ronald L. Holle, a recensé plusieurs cas d’automobilistes blessés par la foudre alors qu’ils étaient à l’intérieur de leur véhicule. Mais tout de même, précise-t-il, «plus de la moitié de ces événements n’ont pas causé de blessure. La plupart des blessures résultaient d’impacts mineurs sur les bras ou sur des écouteurs».

Parmi tous les gens qui se trouvaient dans des véhicules fermés, M. Holle n’a pas trouvé de décès qui puisse être attribué directement et sans ambiguïté à la foudre elle-même. Dans certains cas, la foudre semble avoir fait sursauter le conducteur, et ainsi provoqué un accident. Et dans un cas assez «parlant», disons, survenu en Floride en 1995, la foudre a tué deux personnes qui s’étaient étirées hors du véhicule, alors que les occupants qui étaient restés entièrement dans la voiture n’ont subi aucune blessure.

La très grande majorité des décès documentés par M. Holle (38 sur 42) sont arrivés à des gens qui n’étaient pas à l’intérieur d’un véhicule fermé, mais plutôt «en contact» avec le véhicule (en train d’y entrer ou d’en sortir, ou de s’appuyer dessus), qui étaient dans des décapotables ou qui se trouvaient à proximité d’un véhicules pour une raison ou pour une autre (marcher dans un stationnement, attendre un bus, etc.).

Alors dans l’ensemble, l’intérieur d’une auto est bel et bien un endroit sécuritaire contre la foudre, même si ce n’est pas parfait.

* * * * *

Vous vous posez des questions sur le monde qui vous entoure ? Qu’elles concernent la physique, la biologie ou toute autre discipline, notre journaliste se fera un plaisir d’y répondre. À nos yeux, il n’existe aucune «question idiote», aucune question «trop petite» pour être intéressante ! Alors écrivez-nous à : jfcliche@lesoleil.com.